Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Passat d'oustau (ounte sièu ?)

Passé d'hôtel (où suis-je ?)
Hotel past (where am I ?)

3123578970.jpg

Lien permanent 16 commentaires

Commentaires

  • je ne marche vraiment pas assez
    parce que là suis certaine de ne pas l'avoir vue

  • Trop facile pour toi, Tilia ! Ta fidélité fait de toi une victorieuse !
    (Il y a 8 "T" dans la phrase... o.O)

  • Comme quoi l’oeil ne voit que ce qu’il veut voir...

  • Bravo à Tilia qui a dégainé la première.

    Mais si l'énigme de l'emplacement n'a pas résisté longtemps, il en reste une, et de taiile, c'est celle de la lecture non-approximative (exacte, quoi !) de l'inscription , qui a l'air d'être rebelle aux émules de Shelock Holmes qui fréquentent ce site.

    Un petit mot sur l'un des commentaires du post initial (auquel nous renvoie Tilia) : l'hôtel Saint-Yves existait encore lors de la publication de l'Evocation du Vieil Avignon de Joseph Girard (1958), mais il a été rasé peu aprés.pour voir construire à sa place la résidence qui étale la majeure partie de sa façade sur la rue de l'Olivier, tout en présentant aussi un petit retour sur la rue Thiers. Et cette architecture à la Pouillon porte le nom de... résidence Saint-Yves.

    On doit avoir des clichés relativement récents de l'angle Sud-Est de la place Pie, où l'on aperçoit ce que décrit Girard.

  • Il y a une CP que tu as publiée ici même ,où l'on voit clairement l'angle de rue (Tag : Place Pie).

    Et il y a, il me semble, un cliché des années 1940 dans le fonds d'estampes de la Bib. municipale. Dans ce fonds existe une importante collection de photos N/B, que je n'ai plus scrutée de longue date. Il y en avait des boîtes entières.... Je suppose que tout doit être numérisé de nos jours. Numérisé, mais pas nécessairement accessible sur le Web. ...

  • Oui, il y en même deux sur ce blog, mais du début du siècle.
    Quant à Ceccano, pas encore de photos en ligne.

  • Ah oui ! Molinard Bros... ça doit être ça, car dans mon souvenir (un peu vague, j'insiste...), les véhicules dans les rues cadrent tout à fait avec les guimbardes stationnées au pied du Petit Palais que montrent les récents posts....

  • Mais je dois préciser que modeste propriétaire d'un appartement à la résidence St Yves et ayant remonté les liens je m'inquiète que Thiers, le boucher de la commune, ait pu loger chez moi, merde alors :-)

  • Si l'on omet Louis Napoléon Bonaparte, Adolphe Thiers fut quand même le premier président de la République...

  • Bien sur, mais pour moi il restera le boucher de la commune, chacun ses références historiques :-)

  • « Je veux rendre toute-puissante l'influence du clergé, parce que je compte sur lui pour propager cette bonne philosophie qui apprend à l'homme qu'il est ici-bas pour souffrir et non cette autre philosophie qui dit au contraire à l'homme : "Jouis" »
    Adolphe Thiers, discours prononcé au sein de la Commission sur l'instruction primaire de 1849.

Écrire un commentaire

Optionnel