Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Setant'an après carriero Ferruce (1)

Soixante-dix ans après rue Ferruce (1)
Seventy years after Ferruce street (1)

796419305.jpg
Photo Patrice Molinard.

538062067.jpg

Lien permanent 7 commentaires

Commentaires

  • alors là c'est vraiment dommage
    elle était belle cette maison

  • Tres belle trouvaille ....Est ce toi qui reconnais le lieu ou y a -t -il une légende ? En tout cas Bravo

  • Merci Michel.
    Je viens de chercher, je ne trouve pas l'origine de cette photo (comme de celle de demain) !
    Il y a longtemps que j'ai ces deux photos avec intention de me repérer, je n'y suis arrivé que le mois dernier.
    Essentiellement grâce à la tour des Chiens que l'on voit dans le ciel.
    Le repérage pour la seconde photo que je publierai demain est beaucoup plus approximatif...

  • Meilleurs vœux à tous, pour commencer dans les formes….

    Eh oui, même le Petit Palais a changé et il n’y a guère que la Tour des chiens qui permettent de s’y retrouver un peu !

    Le cliché a une certaine valeur vu sa rareté : j’étais convaincu que l’on n’avait pas de représentation fiable de cette construction rasée fin des années 1970 pour ouvrir le parking du Palais à l’extérieur de la ville… A mon sens, il s’agit (il s’agissait…) d’un vaste entrepôt édifié au milieu du XVIII° siècle pour l’ « Administration des coches » (des coches d’eau) qui avait son bureau au pied de la tour de Julien de la Rovère et fut écrasé par la chute de cette dernière en 1767. Le fermier de cette administration était un dénommé Clichet (Clichet de la Perrière ???) qui arrentait à cet effet l’ancien jardin de l’Archevêché.

    Et bravo, Michel, pour ton art consommé du « teasing »… on bave dans l’attente du cliché de demain….

  • Bon'annado, Alan !
    Mai, de que dises ? Qu'es acò "teasing" ?
    E quau es aquest "Clichet de la Perrière" ?

  • Ah oui, "teasing", ça aurait dû faire réagir les membres du COBAS.

    Et pour le reste, flûte et re-flûte (à champagne), c'est pas Clichet, c'est Chiquet de la Perrière. Ce nobliau était "fermier" (au sens de fermier général) de l'administration des coches du Rhône, dans le royaume de France. Je dois avoir quelque part chez moi un document qui en parle... à suivre, donc

Écrire un commentaire

Optionnel