Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ex-voto 12 la vido di placo de carriero

Ex-voto 12 la vie des plaques de rue
Ex-vote 12 the life of the street signs

2018
2237052532.jpg

2012
4260459993.jpg

2010
626332618.jpg

Lien permanent 18 commentaires

Commentaires

  • Difficile de deviner le fin de l’appellation précédente de cette rue, qui se termine par X.

    Rue Courreterie des ....... (environ sept lettres) X

    Peut-être sur un ancien plan ou dans les dicos...

  • Finalement, j'ai trouvé dans le Dictionnaire des rues d'Avignon (Guide du voyageur) de Paul Achard :

    "RUE PHILONARDE
    DU PORTAIL-MATHERON A LA RUE DES TEINTURIERS

    La rue de la Courreterie des Chevaux, c’est-à-dire celle où on corroyait plus
    particulièrement les cuirs de ces animaux, s’étendait, dès le XIIème siècle, dans toute la
    ligne qui tient du Portail Peint au Portail-Matheron. La partie comprise entre le Portail
    Peint et la place de la Pignotte, reçut au XVIIème siècle, le nom de Philonarde, en
    l’honneur de l’archevêque Marius Philonardi, qui de 1629 à 1634 gouverna les États
    citramontains de l’Église. En 1843, la commission du plan général d’alignement a fait
    prévaloir, pour l’ensemble de la rue, le nom moderne sur le nom ancien.
    On s’est demandé quelquefois si l’on ne devrait pas ortographier Filonarde. Le Vice-
    Légat était Italien, et le génie de cette langue prescrirait cette manière d’écrire son nom.
    Mais comme il n’y a pas d’ortographe en fait de noms propres, le plus sûr a été de s’en
    rapporter aux signatures de ce gouverneur. Or, les signatures que nous en avons, de
    même que l’inscription qui règne autour du dôme de l’ancienne chapelle des
    Visitandines, dont Philonardi fut le bienfaiteur, confirment pleinement l’ortographe déjà
    adoptée."

    (Je n'ai pas corrigé l’orthographe de "ortographe" :-))

  • Merci pour votre explication !

  • Merci pour cette explication .....à la prochaine

  • Paul Achard a sans doute fait une erreur.
    Cette "courreterie" (ou "correterie") est une activité de courtage.
    Il s'agissait du marché aux chevaux, le long du rempart, que nous avons connu le long du rempart St-Roch.

  • Exact ! l'article de Wikipédia confirme l'erreur de Paul Achard et précise le nom latin "Correterie Equorum" :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rues_d%27Avignon#Rue_Philonarde

    Correterie Equorum m'a permis de dénicher un article sur la Corraterie de Genève :

    https://www.la-salevienne.org/CPA-max.php?Indcart=1452

    qui donne d'intéressants compléments d'information :

    "Jadis, c'était en cet endroit que les chevaux couraient : la corraterie des chevaux. Jean-Paul Galland, dans son « Dictionnaire des rues de Genève » explique au sujet de la rue de la Corraterie : « Pendant les foires, le marché aux chevaux se tenait dans cette rue qui s'appelait « Carreria corrateriae equorum ». Le nom Corraterie peut s'appliquer aussi bien au courtage proprement dit qu'à la course des chevaux. Au XVIIe siècle, le premier manège genevois s'établit à cet endroit et les premiers maîtres d'équitation, en même temps maquignons, étaient appelés des « corratiers ». Cette artère humide a été longtemps le royaume des maquignons et il faudra attendre pour voir s’y établir des commerçants. Les marchands n’osaient pas s’y installer, de peur que ces bâtiments élevés sur les anciens fossés soient instables et que l’air soit irrespirable."

  • Excellent complément d'information, Tilia !
    Je cherche depuis quelques jours sur le net des dessins de Laure Malclès-Masereel qui représentent des démolitions à la Balance. Je pensais les y avoir vus il y a longtemps, mais je ne les trouve pas. Si notre détective bien aimé a des indices, je suis preneur !

  • Pour en revenir à "la vie des plaques de rue" j'ai remarqué (grâce à la globoule ;-)) qu'il ya une plaque toute rouillée située au-dessus de la corniche de l'immeuble faisant l'angle des rue Thiers et Paul Saïn.

    Cette plaque porte une inscription, malheureusement illisible sur la photo de Google :

    https://goo.gl/maps/Fux9zHtjXJH2

    Bien curieuse de savoir si un bon coup de zoom donnerait un résultat intéressant...

  • Depuis hier, avignon.midiblogs.com a été effacé de la toile. Ça me fait quelque chose.
    Ce blog figure très souvent en tête dans les résultats de recherches sur Avignon et tous les liens en sont devenus morts...
    Combien va-t-il falloir d'années pour remonter du précipice dans lequel le Midi Libre nous a précipités ?

  • Courage Michel ! Et ton "détective bien aimé", et bien de tes habituels visiteurs vont continuer à faire le buzz sur le nouveau site, histoire de lui garder son lustre sans pareil et de retrouver sa notoriété sabotée.

    Pour ce qui est de la Couretterie des chevaux, bien entendu aucun lien avec le travail du cuir, mais bien une référence au marché de ces nobles animaux . On peut juste ajouter qu'Achard, écrivant avant le percement de la rue Thiers, passe évidemment sous silence le partage de la rue Philonarde en 2, qui amena cette curiosité de voir le nom du vice-légat Philonardi arboré par la partie de la voie où il n'avait rien fait de spécial, pendant que l'autre , où se trouve le couvent des Visitandines dont il fut le généreux mécène, porte le nom d'un peintre moderne.

    Qui, il est vrai, habita un peu plus loin dans la rue...

    Pour ce qui est de Laure Malclès, Michel, je suis comme toi, je m'interroge. De temps en temps ma mémoire ressemble à ces produits que l'autre Michel (Bourgue) vendit pendant longtemps aux Halles... Bref, de l'Emmenthal plein de trous !

    Ceci étant, je me demande si en fait ces dessins ne sont pas tout simplement sur le site des Archives Municipales.... Je ne peux en dire plus, vu que je n'arrive pas à m'y connecter...

  • oh que c'est dommage !
    sont certes très honorables mais... la rue Coureterie des chevaux c'était tellement bien

  • Merci Alain !
    Oui, Tilia, j'avais trouvé ce lien. Je l'avais mis dans les commentaires sur Frans Masereel.
    Et donc, curieusement, je ne suis pas allé chercher dans les archives d'Avignon, alors que c'est là que j'avais dû les voir... Ceci dit, les images du site des archives municipales n'apparaissent jamais dans les résultats de recherche. Est-ce que je me trompe ?
    Ton lien, Tilia, ne fonctionne pas. Il me dit : "Votre recherche ne donne aucun résultat" !
    Mais il a été facile de vite les trouver. Merci Tilia !

  • Mais QUI était ce Reynaud dont l'épouse, née Gautier, demanda que l'on baptise cette impasse de son nom ?

Écrire un commentaire

Optionnel