Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De que siéu ? Ounte siéu ?

Que suis-je ? Où suis-je ?
What am I ? Where am I ?

1173441470.jpg

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • l'arc d'une arcade murée... mais laquelle ? que ne le sais (pas une de celles croisées sur mon chemin)

  • Une série de fenestrons.
    Mais aucune idée de l’emplacement.

  • Ce sont des voûtes en briques? Elles sont haut placées, on dirait un bâtiment industriel, mais à part ça je sèche.

  • Une usine où on traitait les chardons à carder, il y en avait une boulevard du Rhône

  • Rue Saluces depuis la rue des Bains :
    http://avignon.hautetfort.com/archive/2013/08/13/isle-85c.html#article-comments

    Comme je suis allé cherché 'saluces" dans les tags, je peux me permettre une critique ?
    La présentation en petits rectangles noirs bien alignés n'est pas très réjouissante et me fait penser à l'exposition par un cartophile psycho-rigide de sa collection de faire-parts de deuil... ;D
    En revanche, je me réjouis que, comme tu nous l'avais promis, les archives et les tags soient toujours accessibles depuis ta nouvelle "haute-forteresse" !

  • Bon je vais râler aussi ;-)
    et alors elle est où la réponse à cette "énigme" ?
    d'après les commentaires j'ai bien compris que ce devait être un établissement de bains publics mais je m'attendais à voir Suzanne (aux bains)...
    OK je sors :-D

  • Frédéric :
    Les petits rectangles noirs sont la présentation par défaut de Hautetfort.
    Il existe peut-être une façon de les modifier, mais je l'ignore encore !
    Ceci dit, sous cette forme, je les trouve plus lisibles qu'avant.
    Il fallait sécher... son corps. Puisqu'il s'agit du mur d'un très ancien établissement de bains.

    Guima (et tout le monde) :
    Sur Hautetfort, les URL saisies ne se transforment pas en hyperlien cliquable comme sur Midiblogs. Il faut les copier et les coller dans une fenêtre.
    Existe-t-il un code pour en faire des hyperliens ? Je ne le sais pas encore.

    Eh oui, Pat, hélas point d'image séduisante pour illustrer la solution.
    J'attendais que des commentateurs m'en disent plus sur le peu que nous savions déjà. À savoir que la rue des Bains doit son nom à un très ancien établissement de bains qui avait, paraît-il, la réputation d'être un lupanar.

    « Ils avaient la réputation d’être un Lupanar à ciel ouvert et ces arcades murées l’auraient été pour que les passants ne fassent pas trop les curieux ( ?). Les bains tiraient leur eau de la Sorguette qui coule à quelque pas (3 Pilats) près de la nouvelle (XIVème) rue Vieneuve. Bailly (revue Gaz de France septembre 1986) fait simplement un rapprochement rue des Bains/rue des Ayguiers sans évoquer plus le lieu. »
                  Lou Ravi - mardi 13 août 2013 - Extrait de : http://avignon.hautetfort.com/archive/2013/08/13/isle-85c.html

    — Hervé Aliquot écrit : « (...) À la fin du XIVe siècle, y demeurait Jean de la Vergne, évêque de Lodève, à côté de la livrée du cardinal de Saluces. C'est sans doute Jean Bellard, évêque de Fréjus, qui lui succède au début du XVe siècle, époque où la rue s'appelait alors la "Carriera Aqueriorum", soit la "rue des Eaux". »
    — Viviane Michel, quant à elle, écrit : « Les murs qui la longent protègent des jardins intérieurs, notamment celui qui se trouve au fond de l'impasse Jean-Pierre-Gras. (...) En 1398, c'était la "carriera des Aiguiers" ou "carriera Aqueriorum". » Viviane ajoute : « Un établissement thermal, dont quelques voûtes restent visibles sur une façade, existait encore il y a quelques dizaines d'années dans cette rue. »
    — Voici ce qu'écrit Paul Achard en 1857 : « Nom donné en 1843 à une rue qui n’en avait pas. »
    Aurions-nous pris Paul Achard en défaut ?
    — Paul Pansier n'apporte pas d'éléments supplémentaires.
    — Je n'ai rien trouvé chez Joseph Girard.
                  ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ - vendredi 12 juin 2015 - Extrait de : http://avignon.hautetfort.com/archive/2015/06/12/fenestro-reneissenco-li-murado-11.html

    « ...on y trouvait les bains publics dits des Grands Jardins (sans rapport avec le quartier des Grands Jardins, actuel rue des 7 Douleurs). On a déjà évoqué ces bains et une histoire de lupanar… J’ai oublié quels furent les évènements dramatiques, avec incendie de maisons, qui se déroulèrent dans cette rue. La rue Sorguette remonte la Durançole (qui alimentait les bains) en partant des Trois Pilats. »
                  Lou Ravi - mercredi 16 décembre 2015 - Extrait de : http://avignon.hautetfort.com/archive/2015/12/16/mant-un-annado-apres-carriero-di-ban.html

Écrire un commentaire

Optionnel