Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ounte sian ?

Où sommes-nous ?
Where are we ?

2890576165.jpg

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Pas facile car (si j'ai bien trouvé...) l'immeuble a été largement relooké. Un indice: l'enseigne était bien à l'image du nom du pharmacien. Et un autre: aro i'a gès de trepadou.

    Bon et l'oustau du Comte dans tout çà ? La réponse pour aujourd'hui ou pour Demaine...

  • Aucune idée du nom du pharmacien dont parle Lou Ravi...
    L'enseigne "Pharmacie Provençale" n'existe plus à Avignon.

    Par contre, en cherchant un angle de rue portant le n° 21,
    j'ai trouvé le 21 rue du Vieux Sextier.
    Si on se fie à la disposition de la descente d'eau pluviale, qui n'a guère changé, ça m'a tout l'air d'être l'emplacement de l'ancienne Pharmacie Provençale :

    https://www.google.com/maps/@43.9482589,4.8082467,3a,75y,10.46h,110.88t/data=!3m6!1e1!3m4!1sp-n7Msc1YuOPRuQVPaOWuA!2e0!7i13312!8i6656?hl=fr-US

    Et vu l’absence totale de trottoir, voilà qui colle aussi avec l'indice de Lou Ravi "aro i'a gès de trepadou" :-)

  • Oui, bien vu c'était bien rue du Vieux Sextier !
    On avait aussi une indication avec cet auvent festonné qui rappelle un certain style de décor de façade propre à ce quartier comme avec quelque éléments du restaurant la Bonne Auberge rue Bonneterie. Curieux caducée entre cygne et dauphin...
    L'officine était plus connue sous le nom de son pharmacien: Savournin (Saturnin en français). C'est pourquoi j'avais évoqué l'enseigne qui rappelait le patronyme, provençal, du pharmacien
    Cette pharmacie existait encore dans les années 70. Puis elle fut transférée boulevard Sixte Isnard. C'est l'actuelle pharmacie Bonnot et Sikorski.

  • J'avais un avantage: cette pharmacie apparaît dans quelques notes que j'ai sur les commerces avignonnais. J'avais aussi vu une pub dans une revue locale. Je ne sais pourquoi le "feston" central m'a tout de suite fait penser (alors qu'il n'y a pas de grand rapport) à la génoise de la Bonne Auberge. Et je suis resté dans le quartier... Angle de rue, N°21, tuyau... ont fait le reste (comme a fait Tilia).
    Mais je n'ai aucun souvenir de cette pharmacie qui à dû cesser son activité ici entre 1965 et 1970 (MB²: tu as raison, on est avant 1970) . Une chose est sûre, la publicité que j'avais lue datait de 1966 (Question: Savournin a-t-il gardé son enseigne "Pharmacie Provençale" jusqu'à la fin ?).
    Perso je connaissais surtout la pharmacie Chabaud et bien sûr Grégoire dont l'arrière officine était un peu le "centre de discussion" (parfois de décision !) de la vie municipale. Heureuse époque où les pharmacies, comme les commerces étaient presque tous implantés dans la ville.
    Hors sujet mais je ne puis m'empêcher de pousser un coup de gueule à propos de cette nouvelle lubie de nos élus: la taxe sur les "locaux commerciaux vides". Faut-il être abruti pour racketter les bailleurs après avoir tout fait pour couler l'activité commerciale de notre ville !

  • Lou, la première chose que l'on apprend en droit fiscal est que ce droit est a-moral, il n'a pas d'autre but ni justification que d'assurer aux collectivités qui perçoivent impôts et taxes les recettes dont elles ont besoin pour équilibrer leurs comptes...

    Il y a évidemment une certaine "logique" derrière tout cela : un local occupé est une double source de recettes fiscales pour les collectivités locales, taxe foncière qui frappe le propriétaire, et taxe d'habitation ou "contribution économique territoriale" qui frappe l'occupant, selon qu'il s'agit d'une habitation ou d'un local professionnel.

    Il est donc apparu tout à fait normal au législateur qui a fait la loi, et aux élus qui l'utilisent, de compenser le manque à gagner que provoque la vacance d'un site, en créant une taxe sur les locaux vacants qui remplace TH ou CET... en oubliant que c'est doublement pénaliser le propriétaire, qui non seulement n'encaisse pas de loyers, mais en plus se voit frappé d'une charge fiscale supplémentaire.

    Situation scandaleuse, bien entendu ! Et encore plus quand, comme tu le soulèves, on est directement responsable de la désertification de l'intra-muros !

  • L'autre jour en entendant Borba nous parler des bienfaits de cette taxe on avait l'impression qu'il prenait les avignonnais pour des c...La TFC n'a absolument pas fait ses preuves dans les villes où elle été instaurée. Ce sera en tous cas une bonne affaire pour les requins de la finances et de l'immobilier qui zyeutent avec appétit les biens immobiliers qu'ils acquièrent à des prix bradés. Et qui va pouvoir ensuite assumer les loyers commerciaux très élevés réclamés après "réhabilitation" ? Si ce n'est les grandes enseignes et franchises qui ont le fric et la puissance de leurs réseaux. Y-a-ka voir déjà ce se prépare au bas de la Ré.

  • J'imagine le cas de figure :
    Un propriétaire possède un espace destiné au commerce en rez-de-chaussée.
    Il ne trouve plus d'exploitant pour le lui louer.
    Il perd donc son loyer mais en plus supporte une nouvelle taxe !!!
    Il transforme donc son espace en appartement d'habitation.
    Qu'il le loue ou qu'il le vende, l'occupation en sera dans la plupart des cas saisonnière.
    Résultat : plus de commerce et... plus d'Avignonnais !
    La désertification — j'ai envie de dire la "muséertification" — est en marche.

  • Merci MB² pour cette photo. En fait la rangée de tuiles, sur la façade, était bien modeste. J'ai le souvenir d'une salle en contre-bas avec des nappes genre Vichy ? A côté Brémond-Bonnet disquaire et vendeur de matériel Hi-Fi, d'instruments de musique. La bonne auberge (sans majuscules donc) fut remplacée par divers commerces et notamment par un, Underground, où l'on pouvait se fournir en vinyles, flyers et toutes sortes de choses... (!).

Écrire un commentaire

Optionnel