Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Planet Perdiguié : debit massimon !

Square Perdiguier : débit maximum !
Square Perdiguier : maximum speed !

2663825673.jpg

Lien permanent 14 commentaires

Commentaires

  • juste ce qu'il faut pour se poser une goutte derrière chaque oreille
    c'est très rafraichissant je t'assure
    on peut peut-être en récupérer pour la pliure du coude, très bien aussi

  • C'est tout logique: la production s'adapte à l'évacuation: peu d'endroits pour pisser donc pas grand chose pour s'abreuver ! La municipalité fait donc bien son travail.

  • Qui plus est, il est très malcommode d'utiliser la pompe, car le bouton qu'il faut tourner est résistant et il ne faut pas le lâcher sous peine que l'eau s'arrête assez vite de couler... !

    Il y a deux jours, j'ai fait le tour extérieur le long des remparts. Il y a 5 points d'eau dont deux seulement sont alimentés (l'un des trois autres d'ailleurs a perdu son robinet) et un seul point WC (sanisette en l'occurrence) hors-service. L'autre WC proche mais intramuros (au début du cours Kennedy) étant également hors-service.

    Madame la maire, peut-on trouver quelque part la liste des toilettes opérationnelles ?

  • Ce genre de fontaines bien entretenue devrait être très facile à actionner, j'ai l'impression que plus personne ne s'en occupe. Sans doute n'y a-t-il plus de fontainier à Avignon.

  • J'aime ce genre de "pompe". La poignée tournante n'est pas très commode mais le bruit de l'eau qui monte est un chuintement très agréable, qui croît lui aussi. L'eau jaillit presque en orgasme et l'écoulement s'éteint toute jouissance fontanière bue. Tout ceci lorsqu'il y a de la pression bien sûr. Ici on est a minima, sans plateau post-sourcem, et à petit débit (j'allais dire à petite bite...). Une affaire de bandeurs mous et incapables.
    Ces mêmes pompes ont moins de poésie lorsque, comme au cimetière Saint-Véran, on a remplacé la tournante par un bouton poussoir. Plus de joli chant et un jaillissement soudain, de lapin, qui ne sait se retenir, pieds éclaboussés et fringale trop rapidement étanchée.
    Ceci dit il faut privilégier ces fontaines qui ne donnent de l'eau qu'à la demande et qui sont munies de robinets se fermant après utilisation.

    Occasion de rappeler ici la gueulante que j'avais poussée l'an dernier à propos des bouches à incendie volontairement vandalisée à la Croix des Oiseaux et La Barbière par nos nouveaux avignonnais qui ne trouvent rien de mieux que de s'offrir quelques bons geysers rafraîchissants qui inondent trottoir et chaussée sans que personne ne réagisse. Surtout pas notre mairesse de quartier qui s'est dite désolée mais qui ne semblait pas avoir le moindre des moyens pour agir. Et puis pas question de sévir: faut pas victimiser nos pauvres habitants des "quartiers".

  • des fontaines à poignée tournante on en trouve encore au cimetière Saint-Véran ,où hélas je me rend régulièrement, une fois la poignée lâchée elles coulent encore un moment et on peut voir des écureuils venir y boire.

    l'été les bornes à incendies ouvertes cela se passe aussi à Champfleury, où l'été dernier ils avaient rempli une benne à déchets pour en faire une piscine!!

  • Les bennes-piscine et les geysers-brumisateurs gratos c'est super. Tout comme les branchements sauvages pour laver les bagnoles et bien d'autres choses. On attend toujours nos amis écolos sur le sujet...

  • pour les branchements sauvages les gens du voyage sont les champions; à une époque en courtine derriere Bastide ils y passaient des semaines, depuis on a creuser un large fossé pour en interdire l'accès. avant les blocs de rocher étaient vite déplacés.

    à leur décharge, le point d'accueil est saturé par certains qui s'y sont sédentarisés.

  • Guima dans ce genre d'incivilité les gitans ne sont pas en cause. Pour revenir au problème des fontaines et des toilettes on tourne en rond. J'ai l'impression que tout le monde tape en touche. Avignon, ville ouverte, a toujours eu des clodos, des marginaux dans ses murs. Mais jamais, me semble-t-il il n'y a eu un tel laisser-aller dans la cité.

Écrire un commentaire

Optionnel