Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pissadouiro publico

Urinoir public
Public urinal

490575616.jpg

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Résultat répugnant de résidus du programme "marquage de territoire" non encore éliminés du cerveau archaïque de certains individus, ou (et) conséquence d'une absence d'éducation paternelle...

  • Quand je pense qu'on entend parfois moquer les pisseuses! Les pisseurs existent et frappent partout où il y a un mur ou un arbre

  • Je n’ai pas trop suivi l’extinction des fontaines mais nous voici plongés dans ces recoins bien dégueulasses de la ville. Ici belle image pour les touristes, clients de l’hôtel voisin ou usagers de la gare. Le passage couvert des vannes de la Pyramide face à la route de Montfavet n’est pas mal non plus avec là aussi, une belle vision pour les festivaliers qui franchissent le rempart au droit des Teinturiers…Il y avait autrefois nombre de vespasiennes mais elles étaient souvent dans un état qui faisait fuir. Je ne vois pas cet état de fait, à ce point, à Aix ou même Nïmes. Montpellier par contre devient bien dégueu…
    Une fois j’ai même vu un type pisser carrément sur le trottoir cours Jean Jaurès, devant la Chaix. Je crois bien que j’ai été le seul à l’engueuler (et à me faire traiter « d’enc… » car «je pisse où je veux»). Passants offusqués mais détournant la tête et surtout municipaux faisant semblant de ne pas voir. Il était presque midi et peut-être que leur intervention aurait gâché leur horaire de fin de service ? Leur possible couardise aussi, peut-être, égale à la veulerie des passants...
    Je n’ai pas souvenir d’avoir vu ma ville souillée à ce point. Il y avait autrefois plus de WC publics et puis marginaux, SDF et mendiants n’hésitaient pas à marcher un peu pour se rendre par exemple au local d’accueil des Franciscains, près du lycée Mistral. Aujourd’hui «on pisse où on veux» !

  • je comprendrais que l'on s'indigne s'il y avait des toilettes publiques... en attendant la mairie récolte ce qu'elle a semé, sans doute que le problème des pissotières n'est pas assez noble pour être intégré dans le PLU! :-)

  • D'accord avec Wilfrid, s'il y avait plus de toilettes publiques gratuites, ce genre de situation serait quasiment inexistant.
    De plus cela faciliterait aussi le travail des policiers municipaux qui pourraient plus facilement verbaliser eu égard le nombre important de toilettes alors disponibles.
    Je n'ai jamais vu une ville recevoir autant de touristes avec aussi peu de toilettes publiques disponibles en intra muros.
    Pendant la période touristique ne serait-il pas possible de louer des toilettes et les installer temporairement à des endroits judicieux et intelligemment réparties.
    hrms

  • Il est certain qu'il manque cruellement de toilettes publiques dans notre ville. Il faut toutefois se rendre à l'évidence: nombre de ceux qui salopent coins et recoins le font par quelque paresse à chercher des "lieux". Pisser dans la rue est devenu presque commun pour certains qui n'ont rien à cirer de nos envies de propreté et de respect des vieilles pierres.
    Reste le cas des autres, des vrais clodos, de ceux qui traînent leur misère et leur solitude et qui ont honte de salir et aussi, de se salir, mais qui n'ont guère le choix.
    Pour rester dans le sujet: j'ai un faible pour Guillaume Barbot (metteur en scène). Je me permets donc de signaler son dernier spectacle tiré de l'expérience de Patrick Declerck qui s'est mis dans la peau d'un SDF. Je n'ai pas vu mais je pense qu'il s'agira d'un témoignage fort
    http://www.coupdepoker.org/ciecoupdepoker/on_a_fort_mal_dormi_files/dossier%20On%20a%20fort%20mal%20dormi%20mars%202016-WEB.pdf

    A La Manufacture. Dans le Off, of course...

Écrire un commentaire

Optionnel