Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ounte sian ?

Où sommes-nous ?
Where are we ?

1477366675.jpg

Lien permanent 14 commentaires

Commentaires

  • Au n° 81, bien entendu...

    Au 81, rue Joseph Vernet, adresse professionnelle (et privée ?) d'Edward Leon.

    L'immeuble, à l'intérieur du coude de la rue Joseph Vernet, a été rasé pour construire ce qui fut longtemps le siège du Crédit Agricole de Vaucluse. Elle est très clairement visible, avec son jardin à droite, sur les clichés aériens anciens : on peut considérer que l'auteur de la photo du jour avait a peu près le dos à la porte d'ordre classique toujours en place de nos jours.

  • Bon, il est temps d'aller dormir, la fatigue se fait sentir... ma note de dessus est d'une syntaxe pitoyable.

  • Merci Michel pour cette découverte sensationnelle !
    J'aime énormément la lampe au-dessus de la porte de cette maison hélas disparue.

    Edward Leon a été évoqué l'année dernière dans la page ci-dessous :
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2014/07/08/cent-an-apres-au-balouard-limbert-la-trihado-811112.html

    Entre temps, la page du site de généalogie le concernant a changé. Voici la nouvelle :
    http://genebour.fr/web131/individual.php?pid=38092I&ged=balc

  • Malin notre ami..
    Il te donnait des gommes à mâcher qui te donnaient des carries ...
    Mais très eau cliche je découvre

  • Michel, si tu veux je t'enverrai ce soir la photo aérienne de 1926.

    Ce n'est pas rien, outre la maison Leon et son jardin, on y voit aussi les Dames de France en construction et l'achèvement du percement de la rue Pourquery de Boisserin...

  • Voilà comme prévu une photo aérienne de 1926, montrant la maison Leon dans le cercle.

    http://imageshack.com/a/img911/2452/HOwiVk.jpg

    Pas de surprise par rapport à la CP, maison à gauche, jardin à droite (au levant), en face le portail des Dominicaines (ex-CAPL !) où probablement le photographe de la CP s’est un peu reculé pour son cliché.

    Autres points d’intérêt sur cette vue :
    - Tout en bas : carrefour des rues Joseph-Vernet et Vieilles Etudes : le dôme « Belle époque » de la Caisse d’Epargne n’existe pas (on est en 1926 !).
    - Un peu plus haut : chapelle du Collège (devenue musée lapidaire 7 ans plus tard) : il y a toujours un jardin en friche au Nord, comme sur les clichés accompagnant l’étude contemporaine de Fernand Benoît «Une église d’art baroque ».
    - Un peu plus loin en face : grande zone claire, c’est le chantier des Dames de France en cours d’achèvement, on voit le grand trou central qui va recevoir sa verrière. Comme souvent sur ces vues prises à la verticale, il est difficile de dire quelle est la hauteur exacte des édifices, donc ici de préciser si le niveau atteint est la toiture-terrasse ou le dernier plancher. Faute de vue intérieure, impossible d’interpréter ce que l’on voit dans le trou central (Michel, tu as une vue intérieure de feues les Dames de France ? Mon seul souvenir d’enfance est l’ascenseur et son groom…).
    - Juste au-dessus, la rue Pourquery de Boisserin en cours de percement : reste juste à raser une construction tout au bout, près de la Bouquerie. A noter que l’angle de la banque SMC n’est pas encore refait.
    - Au couchant des Dames de France, grande zone arborée, futur emplacement du cinéma.

    Les clichés sont de février 1926, bientôt 90 ans…

  • Merci Alain, pour cette vue aérienne. Est-ce un recadrage d'une photo plus étendue ?..

    Pour les Dames de France, le grand rectangle foncé avec les angles coupés correspond au
    vide central (commun à presque tous les grands magasins à l'ancienne, tels les Nouvelles Galerie, le Printemps et les Galeries Lafayette, entre autres) vide couvert par une verrière, une fois les travaux terminés.
    Maintenant, pour ce qui est de dire s'il s'agit, ou pas, du troisième étage, c'est une autre histoire !
    Le petit rectangle foncé se trouve exactement, comme dans mon souvenir, à l'emplacement de la cage de l'ascenseur.

  • Michel, pas de cinéma, pas d'internet non plus, mais ils y arrivaient tout de même... (arrivaient à quoi ? That is the question !)

    Tilia, c'est une photo un peu plus grande que l'on trouve en téléchargement libre, comme la plupart de ses petites soeurs, sur le site de l'IGN baptisé Géoportail.

Écrire un commentaire

Optionnel