Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vas coumunicant

Vase communicant
Communicating vessel

546447250.jpg

Lien permanent 14 commentaires

Commentaires

  • Les chiens marquent leur territoire exactement de la même façon, en déféquant dans les angles...

    Les pauvres Franque père et fils doivent se retourner dans leurs tombes... sans parler des Seytres de Caumont et autres Ribère de Costebelle et Gadagne !

  • Tout espoir n'est pas perdu, il y a à droite un des ces angles rentrants dont ont sait à quoi ils servent dans les lieux publics...

    Ceci étant, on ne peut contester qu'il y ait éventuellement des choses intéressantes à l'intérieur. Mais par sa masse, ses lignes, son matériau, et son désalignement, ce bloc constitue une provocation.

    Provocation bien visible de la rue, évidemment...

    Au fait, il n'y a pas un Secteur Sauvegardé à Avignon ?

  • Je suis admiratif de cet homme qui nous laisse sa collection ,nous fait nettoyer la prison et encaisse toute la recette en faisant payer toutes les associations pleins tarifs (il ne reverse rien à la ville)
    Son bâtiment coute une fortune ,il fait déplacer l'école d'ART et pour son exposition fait une collecte sur internet .
    J'avais oublie Mr Lambert se permet de critiquer les mairies de droite comme de gauche
    Enfin personnellement je ne suis qu'un petit commerçant qui a toujours payés ses impôts et ferme sa gueule aussi je dis bravo Mr Lambert vous ne nous coutait pas assez cher.....!!

  • Secteur sauvegardé: comme ce n'est pas à proprement parlé une construction on peut faire, me semble-t-il, appel au SA-SB 11, chapitre "Excroissances":

    "Les excroissances ponctuelles autres que celles dictées par la reconstitution d'un état antérieur de l'immeuble sont interdites"

    Mais en fait ce qui est surtout sauvegardé c'est la toute-puissance de l'ami Lambert. On peut (c'est mon cas) aimer l'art contemporain mais commencer à être énervé par le côté pompe à fric de cette Fondation pour n'évoquer que le côté finances.


    Quelques mots bien sentis sur l'actualité de la Fondation (je cite ) :

    "Pourquoi ne pas le dire, le talent principal de M. Lambert est de savoir jouer des cymbales médiatiques, sa principale faiblesse étant d’user et d’abuser d’un ton comminatoire. A son insu, dans la presse, il brosse son autoportrait, chacune de ses déclarations apportant une touche impressionniste, portrait de profil, et un profil consternant:

    –A l’évidence aucun amour charnel pour notre ville

    — Aucun intérêt pour son passé ou son patrimoine

    — Une froide indifférence pour les difficultés financières que connait la ville

    — Aucun respect pour la fonction de maire, édile réduit au rôle de bandit manchot, ces machines à sou des casinos

    — Une ingratitude crasse à l’égard de Mmes Roig et Helle se manifestant par des propos désobligeants que nous ne pouvons tolérer"

  • "comme ce n'est pas à proprement parlé une construction ..."

    Evidemment, si c'est un sorbet vanille, il n'y a qu'à attendre que la canicule fasse son œuvre...

    De toutes façons, le temps a toujours raison de ce genre de baudruche (voir la Halte nautique...). Mais ce sont aussi toujours les mêmes qui en supportent le coût, en effet.

    Blague à part, Lou, à qui devons-nous cette belle page d'"actualité de la Fondation" ?

  • C'est tiré du blog de Raphaël Mérindol. On le sait peu versé dans le contemporain mais ce qu'il met en cause ici c'est ce la façon même dont Lambert et Mézil mènent leur barque. Entre dédain, quémande et suffisance. Evidemment comme RM est élu RBM ses propos, vont aussitôt faire pousser des gris d'orfraie à certains...Quel monde de faux-culs que la vie politique avignonnaise...

  • Bien qu'ayant vu cette photo dès sa parution, je me suis abstenue de commenter tant je suis atterrée par cette monstruosité, froide et agressive.

    Merci aux commentateurs pour leurs propos édifiants

  • je l'ai vu naître et grandir
    je déplore (faible expression) le départ de l'école d'Art…
    le problème était la liaison - on aurait pu envisager plus simple et banal, un truc en verre, sans doute le mieux
    mais tout de même je préfère cette franche brutalité à un bidule faussement néo-classique

Écrire un commentaire

Optionnel