Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'oustau dicho de Rascas : façado sus court

La maison dite de Rascas : façade sur cour
The house called Rascas : front courtyard

1777403122.jpg

Lien permanent 29 commentaires

Commentaires

  • Veinard, merci pour cette photo «de l’autre côté» car je ne suis jamais allé dans cette cour et je ne connaissais que la photo du Groupe Minerve dont je me permets de signaler le site car il y a d’intéressantes prises de vue sur d'autres réalisations à Avignon:

    http://www.groupe-minerve.fr/nos_realisations/immeubles_livres/hotel_de_rascas_avignon.html

    Restauration clinquante ou réussie ? Cela a en tous de l'allure. Le Monde titrait l’autre jour sur «Les très sélects niches fiscales épargnées par le gouvernement ». Le business de l’immobilier chic peut donc continuer. Sourire et souvenir aussi de René Ribas, Roi des confiseurs qui tenait boutique côté rue.

  • rue des Marchands..., je pense que c'est la maison que j'ai visité avec MR FUSTIER...!. dans mon souvenir, la maison était sombre à l'interieur...et peinte!. La +vieille d'Avignon?, les colombages étaient +visibles...?.
    dans tous les cas, j'ai appris grâce à ce professeur à lever la tête...!!!.

  • Restauration bien propre, charme et patine disparus.
    On est bien loin de la décoration colorée du XVe.
    Peu de traces polychromes sur les boiseries des plafonds.
    L'escalier à vis a été entièrement reconstruit en béton.
    La maison a dû bien souffrir avant d'être restaurée.
    Nous n'avons pas pu entrer dans les appartements privés.

    Ce n'est pas la plus vieille d'Avignon.
    La plus vieille serait par exemple celle-ci :
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2008/03/03/vieille-renaissance.html
    (Au moins romane, mais on en voit plus grand chose.)

  • Pour Lou
    Oui nous ne sommes jamais alles dans cette cour.....Car nous arretions avant et descendions à la cave dans la mini boite de nuit ouverte à tous les jeunes de plus de 16 ans ...pour contenpler arcades et ogives de ce lieu magiques à l'epoque....

  • Merci pour ce rappel de cette boîte (je crois que Tilia en avait parlé). J'avais oublié. Mais je devais avoir tout juste 16 ans. Cadre très médiéval pour écouter du rock. Me souviens plus du tout du nom ???

  • C'est même "maison aux auvents".

    Soit dit en passant, Wikipédia c'est bien pour dégrossir, mais après...

    Il suffit d'ailleurs de regarder les sources et références : à part l'ami Marc Maynègre qui vient à la rescousse pour la maison du IV de chiffre, tout le reste est tiré de Joseph Girard... qui remonte tout de même à 1962, il y a exactement 50 ans, et qui avoue lui-même s'être "beaucoup" inspiré des notes sur les rues d'Avignon d'Adrien Marcel, chercheur décédé en 1929...

    Depuis, il a été fait un certain nombre de découvertes !

  • Si l'on en croit Pau Achard (1857), le chevalier Bernard de Rascas habitait place du Change.
    Il avait peut-être bien plusieurs maisons...

  • Merci Michel. Alors, tout ce que l'on prend pour de la pierre de taille, c'est du bois peint ?
    C'est vraiment original et peut-être meilleur marché. Avignon est bien la ville du théâtre avec ces décors, vrais et faux...

  • dans tous les cas... , cette maison a traversé les siècles!. peut-on dater sa construction...et l'origine de cette façon de construire...Alpine, Italienne...?, étant dans un angle de rue...elle a échappé...aux élargissements?, combien de propriétaires...connus?.

  • Attention, Jeandler, les colombages sont remplis de torchis ou de brique bien sûr !

    On la dit communément du XVe siècle. Certaines parties sont sans doute antérieures.
    Les maisons étaient ainsi bâties au Moyen-Âge : avec les étages en encorbellement.
    Si bien qu'au dernier étage, les toits des maisons se faisant face se touchaient presque.
    Ce fut un moyen de propagation des incendies. (Et les rues devaient être sombres.)
    Je n'en connais aucun propriétaire !

  • Oui, le Bahia Club !!! J'ai donc connu un de mes premiers flirts dans la cave d'une maison moyenâgeuse. Et c'était sombre si je m'en souviens bien...Quelle madeleine ce blog !
    Jeandler: sur le site de Minerve on signale la rénovation de l'immeuble Toutin à Orléans.

  • Dins li seissanto ère encaro trop pitcho per li fiho !
    Donc Le Bahia me parle, pas Le Twist, sauf si ma mémoire a flanché...

  • Possible que l'établissement ait changé de nom passé le milieu des années soixante.
    La mode du Twist - et du Madison (autre discothèque de la même époque, au Puits-des-Bœufs, je crois...) - n'a pas duré longtemps !

  • mon époque c'est les 2 G...!, mais apparemment des commerces au rez de chaussée de cette maison depuis des siècles...les dancings étaient dans les caves...?.

  • Vous parlez de mon arrière-arrière-grand-père sur ce blog que j’aime bien, c’est amusant. C’est Adrien Marcel.

  • Bonjour Madame Constant, merci pour le compliment et bienvenue ici !
    L'ensemble des écrits d'Adrien Marcel concernant Avignon semble important. Il faudra que je fouille les mémoires de l'académie de Vaucluse... o.O
    Adrien Marcel a d'ailleurs une rue à son nom, à côté de la Fabrica.

  • Bonjour, pour avancer dans mon arbre généalogique, j’ai rencontré le bibliothécaire-archiviste de l’académie de Vaucluse qui a la même fonction que celle de mon ancêtre. J’ai retrouvé également des lettres à la médiathèque Ceccano. Je connaissais la rue Adrien Marcel depuis mon enfance par ma grand-mère mais j’ai été déçue quand je l’ai vu, je m’attendais à un boulevard !

Écrire un commentaire

Optionnel