Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Atmousfèro 1928 : la soulitudo

Atmosphère 1928 : la solitude
Atmosphere 1928 : solitude

3079191079.jpg 

Commentaires

  • Sujet sensible ! On aurait presque bu le champagne (heu la clairette de Bellegarde plutôt) vendredi soir. Mais foin de discussions stériles. Et d'incompréhensions mutuelles. Il est 13h 55 et, quelle coïncidence, je pars pour Montfrin dans 1/4 d'heure. Moins pour suivre les taureaux que Sofiane Rassir, étoile montante du raset...(calendrier taureaux et raseteurs ici:

    http://www.ffcc.info

    Sur la photo: l'Europe ne nous avait pas encore édictée ses règles de "sécurité" à la con (fixation des barrières, poteaux arrondis etc.).

  • 16h10. La course vient juste de commencer, ce jour 23 septembre où tu nous montres une arène de charrettes comme on les faisaient autrefois. "Sifflet" de la manade Blatière rattrape le tourneur Euzéby et le coince à la planche. Une corne lui ouvre la cuisse. Le bois rouge se constelle de rouge : la corne a coupé l’artère fémorale. Fred se vide, devient blanc. Les hommes derrière moi enlèvent leur ceinture pour en faire un garot. Mon voisin, un habitué et ami de Sofiane (Rassir), me dit que le risque est grand car garot peut signifier caillot. Curieusement c’est Guyon (un raseteur) et les secouristes de la Croix Rouge qui compriment. J’ose faire une photo. Le médecin de service est occupé en fait à demander un hélicoptère. Minutes interminables et pourtant l’hélico du SAMU est là 15 mn après et se pose dans le champ voisin. L’ambulance s’approche mais personne ne descend. On discute Nîmes (spécialisée dans les traumatismes taurins) ? Lapeyronie (c’est un important CHU de Montpellier) ? L’hélico attend. Silence. Les raseteurs et tourneurs attendent. Ils savent qu’ils risquent, comme les toreros, la mort à chaque course. Je suis parti, l’hélico était toujours là. Dans ma tête au retour j’avais le visage de Frédéric, blanc et de son ventre, rouge. C’était juste devant moi, il y a moins de deux heures. Sofiane (qui avait échappé à un grave accident au Grau la semaine dernière) nous disait avoir les jambes coupés. Et pourtant, des accidents, il en a vu. La liste des blessés 2012 est longue :
    http://www.ffcc.info/index.php?option=com_content&view=article&id=321&Itemid=541

    Qui a dit que la course camarguaise n’est une aimable tradition ?

  • T'envoie deux photos car on pourrait penser que mon propos est du pipeau. Sur la photo de 1928 il s'agit probablement d'une vachette, genre taureau piscine. On doit pouvoir l'arrêter facilement est l'attrapant aux cornes (encore qu'il faille les éviter !). Elle est là, paumée, incertaine alors qu'un cocardier aurait fait son "tour de charette" et fait le ménage chez les spectateurs imprudents.

    Sifflet, qui a chopé Fred, est un bon routier des arènes, spectaculaire, tapant aux planches. Un de mes préférés du Moment est Saint-Rémois de Fabre-Mailhan. Peut-être un nouveau Camarina qui a fait sa despartido avec les larmes de ses admirateurs dans les gradins.
    Mais tout cela doit, je le reconnais, faire un peu ésotérique pour les vauclusiens chez qui la bouvino n'a jamais vraiment pris...

  • Je n'avais encore jamais vu cette arène improvisée de charrettes.
    Un document intéressant.

  • mais ça j'aime bien, c'est pas importé comme la corrida - seulement lui là il a l'air de s'ennuyer

Écrire un commentaire

Optionnel