Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Atmousfèro 1900 : lou chantié dis Alo

Atmosphère 1900 : le chantier des Halles
Atmosphere 1900 : the site of Les Halles

4086023930.jpg

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Très intéressant, de quoi remplir des pages...Les commerces de la rue Petite Meuse dont un des célèbres Miesinski, Paul, l'épicerie Noé rue du Vieux Sextier etc. Ce qui me plaît dans ce genre de document c'est la présence humaine. Ici des terrassiers, des maçons qui savaient ce qu'était que travailler dur, en plein cagnard. Ils portent presque tous la taillole des travailleurs de force..Et cette ancêtre de la bétonnière, mue par un volant à bras...Le béton récupéré dans des cornues comme celles des vendanges...etc.

  • La présence humaine, la main-d'oeuvre humaine
    mais aussi les outils à leur disposition.
    La vue d'un chantier de ce type d'aujourd'hui et de cette importance - que j'observais encore pas plus tard qu'hier en ma bonne ville - est fort différent : nombre de participants, leurs vêtements, les machines,etc. Mais ils n'en travaillent pas moins durement et dans des conditions difficiles.

  • La madone comme chef de chantier !

    Plus sérieusement : il y avait un sous-sol aux anciennes halles, non ?...
    Existerait-il toujours sous le parking ?

  • Superbe photographie témoignage! Il devait faire bon en été sur le chantier...

  • Les fouilles, il y a cent ans, étaient encore dans les limbes, les archéologues bien trop occupés à Troie ou en Egypte...

  • Et en plus, pour aller dans le sens de Jeandler, c'est Pourquery de Boisserin qui a présidé aux travaux. Alors les vestiges...
    Il y avait là maisons, auberge, hôtel et ce que l'on nommait le Chapeau Rouge dont Bailly nous dit que c'était le lieu où se retrouvaient les courtiers en garance...

  • Je suis particulièrement émue par cette photo. Ce sont les travailleurs en effet qui nous la rendent si proche et si vivante. L'absence totale de machines (hors l'ancêtre de la bétonnière), la petite échelle pour monter sur le plateau central donnent au lieu une dimension très humaine.

    Lou Ravi, Michel, qu'y avait-il là avant les halles en construction ? Un pâté de maison entier qui a été rasé ? Une place de marché ?

Écrire un commentaire

Optionnel