Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinquanto an après plaço dóu Palais 3

Cinquante ans après place du Palais 3
Fifty years after Palais square 3

1290581342.jpg2276484859.jpg1216907634.jpg

Lien permanent 15 commentaires

Commentaires

  • Les voitures en sous-sol c'est quand même la meilleure solution, à tous points de vue.
    Par exemple, on n'a pas besoin de mettre la clim à fond la caisse quand on revient après avoir laissé son véhicule une heure en plein cagnard !

  • Pour les gens du quartier les travaux ont du être pénibles. Mais le résultat en valait la peine.

  • La première photo date du début des années soixante.
    La deuxième photo date du début des années soixante-dix.
    La troisième photo date du début des années deux mille dix.... :)

  • Un joli trou... On a dû , en fouillant, trouver pas mal de choses si les archéologues ont été conviés, naturellement.

  • Il y eut bien sûr des fouilles sur la place du Palais, mais aussi sur le site de l'ancien hôtel Helen (un peu plus bas) et surtout sur le quartier de la Balance lors de sa destruction.
    Le "pape" de ces fouilles était Sylvain Gagnière, l'ancien conservateur du palais des papes.
    Il a d'ailleurs dû écrire un ouvrage au sujet de ces fouilles mais je ne le retrouve pas.

  • Riverains incommodés pendant les travaux, oui sûrement. Heureusement, des riverains il y en avait peu. Le conservatoire de musique, la banque de France, les cafés... C'est surtout les touristes qui ont dû y perdre, ça devait perturber un peu les visites. Mais on y a gagné, ça oui ! Bravo aux concepteurs du projet.

  • La fouille menée par Sylvain Gagnière fut très rapide. Connue comme le scandale archéologique avignonnais il n'avait pas le temps de traiter un secteur que les pelles mécaniques emportaient des vestiges entiers comme par exemple une zone où se trouvait intact un ensemble de four gallo romain...
    Le pire fut atteint avec la complète destruction des niveaux de la cité grecque là où vraisemblablement l'étude des architectures nous aurait apportée de formidables axes de recherches diverses et variées. Je sais pour en avoir parlé avec lui qu'avec la mairie de monsieur Duffaut maire de 1958 à 1983 il était difficile de pouvoir faire une fouille convenablement mais bon heureusement que je n'ai pas à le traduire en Provençal...

  • Étonnant qu'il n'y ait pas eu des petits malins pour se glisser nuitamment dans le chantier et creuser un tunnel vers les coffres de la BdF :D

  • Ce que vous dites, Patrick, ne m'étonne pas du tout.
    Bien que j'ignorais que l'on eut identifié un niveau grec.
    Les fouilles les plus correctement menées ont donc sans doute été celles de la Balance.

    Par ailleurs, je n'ai rien du tout contre les commentaires en Provençal, au contraire !
    Mais ils sont un peu rares... !

  • Aujourd'hui les terrasses des établissements touristiques(domaine public) rapportent plus que les amendes de l'époque . Sans citer le coût du parking souterrain ... L'ancien Conservatoire reste toujours aussi moche et le petit train du Grand Lieutaud continue son expansion mafieuse ! Pas terrible tout cela .
    Avignon est comme cela .
    Dans sa tombe , le dernier Pape de la Cité doit jurer tout haut contre cette ville fantoche , qui l'a trahi après en avoir profité tant et tant jusqu'à aujourd'hui .
    Qui habet aures audiendi, audiat .

  • Au sujet des fouilles, c'est bien ce que je craignais. Prises par dessus la jambe.
    Aujourd'hui, on est plus circonspect: aussitôt mises à jours, on les enterre !

Écrire un commentaire

Optionnel