Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sara destrui

Il sera détruit
It will be destroyed

1488264628.jpg 

Lien permanent 13 commentaires

Commentaires

  • Quand j'étais jeune avec ma copine on allait voir son papi (on avait le droit au coca ou orangina !) et on se marrait à les voir jouer à la pétanque !! Le truc c'était de le ramener chez la grand-mère pour le repas !!
    J'adorais ce lieu ça me rend si triste de savoir qu'il va être rasé, pffff !! TRISTE.

  • Un lieu anti-bobos par excellence, mythique pour les gens du quartier et tous les immigrés, Italiens, arméniens notamment de ce coin populaire de la ville. Je suis surpris (mais agréablement) par l'ampleur des réactions face à la destruction annoncée par la mairie, sans états d'âme, de ce bar. On m'a dit qu'Yves Berger s'y arrêtait pour regarder jouer aux boules lorsqu'il se rendait de la maison de ses parents, route de Lyon, au centre-ville. Un des coeurs de vie du peuple d'Avignon, chaleureux et attachant. Brassage des générations, des cultures, des idées et des mondes à refaire. Je serai triste aussi, comme tous les avignonais qui aiment leur ville et ne se résolvent pas à la voir ainsi sacrifiée sur l'autel d'une prétendue modernité. Comme s'il n' y avait pas d'autre endroit pour installer le futur local du Tram.

  • Il paraît qu'il y a eu plein de monde à la messe (expiatoire ?). Des gens de droite (MJ Roig, Françoise Rozemblit, François Mariani) et de gauche (Cécile Helle, Michel Grommelle etc.). Bel oeucuménisme qui ne sauvera pas cependant le Café St Lazare. Certains avaient la larme à l'oeil et ce fut très convivial. Je veux bien le croire.

    PS: la plaque inondation "la plus haute" n'est peut-être pas celle que j'indiquais, rue A. Perdiguier. Celle de la Carreterie doit par contre tenir la corde...

  • Ca y est, il a été fichu par terre. J'y suis passée lundi et les bulldozers étaient là. Maintenant il ne reste même plus les gravats.
    RIP

  • Pas de pitié pour les souvenirs, et vive la modernisation pftttt. mon père m'a mené dans ce café, et pour moi c'était un événement. à l'époque les bars c'était pas pour les petits enfants.

  • Je hais les bulldozers et les tronçonneuses autant que les bombes et les mitrailleuses.

Écrire un commentaire

Optionnel