Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Apèu

Appel
Appeal
Appellieren

Un message vidéo de Michel Morard.

965774013.jpg

Commentaires

  • Il y a beaucoup de "cartons rouges" à donner .......!!!

  • A une certaine époque maintenant révolue, la ville s'intéressait à ce genre de chose, notamment rue des Teinturiers. Il semble qu'il n'y ait plus d'élus qui habitent dans le quartier...

  • Je ne suis pas avignonnais, donc je ne suis pas au courant de la manière dont ça fonctionne, mais j'ai entendu parlé de budget participatif. Est-ce que la réhabilitation de cette roue -et des autres- ne pourrait pas être proposée dans ce cadre-là ?

  • allons ne soyez pas naïf :-)

  • Il est tout à fait possible de présenter ça dans un projets participatif, mais les problèmes d'entretien n'ont pas vraiment leur place dans ces projets.
    D'autant qu'il suffirait juste de la débloquer et de la graisser pour qu'elle revive.

  • Bonne question. Ça devrait être en lien avec le parc Chico Mendès.

    Je reprends un commentaire de Tilia sur http://avignon.hautetfort.com/archive/2021/04/01/au-claus-de-la-sacrestio-6307002.html :
    " Avignon, Le moulin Sixte Isnard au parc Chico Mendès à Avignon
    Ce site moulinier date au moins du XVIIème siècle et a été la propriété au XIXème siècle de Sixte Isnard, descendant d'une famille de commerçants et d'industriels, qui s'est investi dans l'industrie de la soie et de la garance, et qui a laissé presque toute sa fortune à la ville d'Avignon à charge pour elle d'y créer un hospice pour les ouvriers en soie nécessiteux. Ce site industriel a été transformé en savonnerie de 1875 à 1932 par Auguste Palun."

  • En principe les roues subsistantes sont propriété publique sauf situation contraire, rare.
    Peut-on me confirmer qu'il s'agit bien de celle de l'ancien moulin Sixte-Isnard car cela est difficile à identifier ?
    Si c'est le cas voilà donc encore un bien mauvais sort fait à celui qui fut l'un des plus insignes bienfaiteurs de la cité. M. Daladier himself s'est naturellement cru autorisé à faire détruire son hospice, merveilleux bâtiment qui ornait la route de Marseille. Que reste-t-il de Sixte-Isnard après les destructions de ses bâtiments portuaires et de tous ses biens ou presque ? Un tombeau, un buste...
    "Aux grands hommes la patrie reconnaissante" : quelle blague !

  • Merci Sylvestre, cet important espace industriel ancien mérite bien qu'on en parle.
    Par ailleurs, entre l'alimentaire, le médical, la verdure et les canaux, les anciens domaines sont devenus un habitat pas trop mal réussi, je trouve, qui conserve sa maison de maître, son moulin et... une roue en souffrance.

  • Je manque d'images concernant les activités anciennes de ces lieux.

Écrire un commentaire

Optionnel