Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enco de Michelle Azémar

Chez Michelle Azémar
At Michelle Azémar
Bei Michelle Azémar

1581677378.jpg 1873699295.jpg
3386468971.jpg 209605861.2.jpg
2852740945.jpg 2615231948.2.jpg
1033260664.jpg 3420339857.jpg
1839805733.jpg 1226318594.jpg
4017039542.jpg 3733402155.jpg
2029009311.jpg

Hôtel particulier de Michelle AZÉMAR dit Hôtel de BEAUMONT et de TESTE

Madame Azémar, décédée en novembre 2016, fit don de son hôtel particulier et de son importante collection de poupées à la ville d'Avignon, avec la volonté testamentaire qu'une partie de l'hôtel soit transformé en musée et que le jardin soit ouvert au public. La Ville a accepté ce legs en septembre 2017, ainsi que celui, en avril 2019, des œuvres d’Yvon Taillandier, artiste contemporain décédé à Avignon en 2018.

Photos X. D.R. 2017-2019.

Voir aussi :
La fenêtre de la rue de la Croix
http://avignon.hautetfort.com/archive/2012/03/26/carriero-de-la-crous.html
Les sept têtes de Teste
http://avignon.hautetfort.com/archive/2019/09/22/li-set-testo-de-teste-6177583.html
Yvon Taillandier
http://avignon.hautetfort.com/archive/2020/04/08/yvon-tallandier-6228165.html
Taillandier taillé pour Avignon
http://www.avignon.fr/fileadmin/Documents/arch_documents/Documents/Documents/docjuuin19/Interne/taillandier.pdf

Commentaires

  • Trés bel interieur!!! .la végétation qui envahit l'entrée donne une image particuliere,presque artistique , j'aime bien!

  • Oui Tilia.
    Et ce cartouche me donne à penser que sa protubérance est peut-être là dans le but d'être sculptée.

  • L'hôtel Azemar que j'ai visité, a été "donné" à la Ville pour en faire le musée de la poupée ! (sic)... Cette demeure a été acquise vers 1920 par un chirurgien, Monsieur Azemar. Il l'a fait décorer dans un style art déco, assez surprenant, puisque le bâtiment est lui du 17ème ! Sa fille unique et célibataire y a vécu, était dans l'impossibilité financière de l'entretenir, l'a laissé se délabrer lamantablement ! Ses passions : les poupées, les bouteilles de parfums vides, les affiches de cirque... et les chats : plus d'une cinquantaine y habitaient ! Cet immeuble de plus de 600 m2 avait un appartement d'apparat : un piano à queue Pleyel trônait au milieu du salon. Quand j'ai visité ce lieu, le piano ainsi que le parquet et toutes les boiseries étaient vermoulus... Une estimation des biens (meubles, peintures, et collection de poupées) avait été estimé à... 27.000 € ! Autant dire, rien... La mairie va réhabiliter ce lieu pour en faire comme convenu, un musée de la poupée, mais une grande partie va servir de stockage à la Condition des Soies, attenante...

    Alexandre Bretinière

  • "puisque le bâtiment est lui du 17ème ! "

    Ce qu'on voit - décor de façade sur jardin rocaille, escalier suspendu à marches portant limon avec le palier assorti, sans parler des cheminées - est clairement 18ème !

Écrire un commentaire

Optionnel