Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ligne d'ourizoun

Lignes d'Horizon
Horizon lines

1137612143.jpg

Lien permanent 10 commentaires

Commentaires

  • Mon impression était plutôt liée à un enfermement...

  • oh il doit bien y avoir une poterne un peu plus loin

  • Les poternes sont des portes bien étroites...
    Ceci dit, sur ce côté des remparts, la poterne la plus proche se trouve plutôt loin !
    Ce doit-être celle des Teinturiers.

  • Tiens pour une fois je vais faire partie des moins pessimistes : j'y vois plutôt les strates du temps qui passe....
    et puis le ciel est bleu !
    et l'herbe verte !
    ;-)

  • En fait de temps qui passe, on a à minima deux époques de nos murailles - peut-être trois - sous les yeux.

    A mi-hauteur, le parement médiéval assez dégradé mais encore bien vaillant . L'éclairage rasant du cliché accentue évidemment une usure qui reste assez apparente sous d'autres lumières.

    En bas, le remaillage intervenu dans les années 1860, qui a permis de faire consolider la base des remparts par le service des Ponts et Chaussées , dans l'optique de leur utilisation en "digue" empêchant les inondations intra-muros. Ce renforcement avait été imaginé après la catastrophique inondation de 1856, où le Rhône avait ravagé la ville après la chute d'une longueur significative des remparts au niveau de la Petite-Vitesse (Cf le grand tableau de Guilbert d'Annelle dans l'escalier de l'hôtel de ville). Il se reconnait à l'aspect évidemment bien plus neuf des maçonneries, ainsi qu'au rythme très régulier carreaux-boutisses de son assemblage.
    On aperçoit aussi un des dégâts collatéraux de l'opération, l'obstruction des meurtrières basses disposée au milieu des courtines, l'intérieur des remparts étant dorénavant appuyé sur un mur-banquette propre à les renforcer.

    Enfin, autre état très hypothétique : on ne sait pas vraiment si la partie supérieure est dans son état d'origine, ou bien si ce sont des travaux postérieurs qui auraient amené la disparition des corbeaux et machicoulis en usage à d'autres endroits, pour les remplacer par de simples maçonneries en léger porte à faux, incontestablement plus "cheap" mais moins efficaces du point de vue de la poliorcétique médiévale. Remarque qui placerait cette modification, si cela en est bien une, plutôt à l'époque de la poudre et des armes à feu..

    Ceci étant, superbe cliché qui dégage une belle harmonie de tons et une grande sérénité....

  • Merci Alain pour ce superbe commentaire où je prends le compliment et découvre cette science au nom si peu courant : la poliorcétique !

  • Je ne sais pas si Démétrios 1er Poliorcète va me permettre de me souvenir du mot poliorcétique, mais... sait-on jamais ?

  • Merci Alain pour ces explications du temps passé "mélangé" (le bas est plus récent que le milieu ;-)).

Écrire un commentaire

Optionnel