Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retour vers lou passat, cènt-vint an après

Retour vers le passé, cent-vingt ans après
Back to the past, one hundred and twenty years after

1284920323.jpg
498527232.jpg
1947146489.jpg

Lien permanent 27 commentaires

Commentaires

  • notre monde lisse où tout à l'air d'une maquette... et la fantaisie cahotante... suis trop vieille pour notre temps (bon moins vieille que l'ancien tout de même)

  • Une impression de lisse par rapport aux années 1900 et leur charme suranné, OK.
    Mais peut-on regretter l'entassement visuel, l'envahissement par les véhicules sur l'étape intermédiaire ? A cet endroit du moins je parlerai plutôt d'apaisement.

  • Une impression de lisse par rapport aux années 1900 et leur charme suranné, OK.
    Mais peut-on regretter l'entassement visuel, l'envahissement par les véhicules sur l'étape intermédiaire ? A cet endroit du moins je parlerais plutôt d'apaisement.

  • Retour vers le présent : en plus du tram, un arbre est de retour sur ce boulevard.
    Mais quand fiacres et calèches d'antan remplaceront-ils nos voitures à moteurs polluants ?...
    Quand il n'y aura plus de pétrole :-))

  • Super ,les photos exactement au même endroit. Bravo au photographe.
    Mais cela ouvre une autre question hautement polemique: pourquoi ne pas avoir fait passer le tram rue de la Ré ?

  • Je crois avoir lu quelque part que ce qui aurait posé de problème, c'est qu'au bout de la remontée de la rue de la Ré aucune rue n'avait la largeur nécessaire pour finir le circuit et ressortir de l'intra-muros.

  • Sur la vieille photo on reconnait le bar des Allées avec sa tonnelle, la boulangerie qui s'appellera "l'Espigo d'Or".
    l'ex pharmacie Beaufort n'et pas visible.

  • Avenue St Ruf que les habitants de St Ruf Sud ont tant emprunté à pied dans les années 60, pour "monter" en ville car il n'y avait pas beaucoup de bus, ou en vélo ou en mobylette pour aller aux lycées Aubanel ou Mistral.

  • Carrefour où j'ai appris à conduire à l'auto école Fauquier aujourd'hui rasée à l'endroit de la placette

  • Carrefour où j'ai appris à conduire à l'auto école Fauquier aujourd'hui rasée à l'endroit de la placette

  • Carrefour où se trouvait la boucherie Agu à la place de l'assureur, plus haut le traîteur Maillot, parcours des courses le samedi matin pour le repas du dimanche

  • Autre commerce en rapport avec l'automobile sur ce quartier : le garage Total de Lucien Aymard, à la place de la caisse d'épargne sur la place de l'école St Ruf. Les stations d'essence en ville ont presque toutes disparues.

  • Merci Martine pour ces souvenirs.
    En avez-vous à nous raconter concernant la coopérative agricole de l'impasse Laure de Noves (entre le 26 et le 28 de l'avenue St-Ruf) ?

  • Coucou Martine,
    Alors tu te décides à sauter le pas et à venir contribuer à la grande oeuvre avignonnaise de Michel ?

  • Ne pas oublier Faure correspondant de l'IGN, le cinéma familial le Club, qui a fini en cinéma porno, Pialat-Goubert le marchand de vaisselle, à l'endroit de la placette une petite épicerie tenue par deux personnes âgées qui allaient tous les matins au marché du boulevard Limbert avec une remorque, le salon de coiffure Blanc et une autre épicerie dont j'ai oublié le nom….( à titre purement personnel j'ai connu un Jean Masson rue Mantel nous allions au collège place du palais ensemble en 51/56)

  • Pour la coopérative de la rue Laure de Noves, cela me m'évoque rien pour l'instant, je me souviens seulement de la ferme de Monclar où nous allions chercher le lait.

  • Bonjour Guima, vu les dates, je pense que c'était un ami à mes parents, homonyme sans lien de parenté. Il habitait rue Guillaume Puy, il était fourreur.

  • Il y avait aussi la quincaillerie Cheney où mon père trouvait toujours tout ce qu'il lui fallait pour bricoler. Et la bijouterie Meunier, qui a fourni de nombreux cadeaux de naissance, de communion, de réussite au brevet et au bac !

  • à coté de Chenet il y avait une droguerie, qui faisait aussi les articles de pêche et en face le Berceau de Provence

  • Je me souviens bien des articles de pêche et de la librairie Faure. Cela reste "mon" avenue de cœur !

  • Et oui St Ruf, à deux pas du centre, était un petit village où j'ai habité au début des années 70.

  • Frédéric Viallon, c'est effectivement un dessin d'architecte grandeur nature, mais c'est un apaisement artificiel, les fractures sociales sont de pire en pire, enfin vous verrez bien.

  • Le cadrage est parfait, c'est bizarre de voir que comme pour la mode, on revient souvent en arrière.

Écrire un commentaire

Optionnel