Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La proumiero eisecucioun capitalo à-n-Avignoun despuei la Révoulucioun

La première exécution capitale à-n-Avignon depuis la Révolution
The first capital execution in Avignon since the Revolution

2125707366.jpg

(De notre correspondant particulier)

Avignon, 15 février. — Michel Nicolini, le sinistre Michel "Le Corse" qui, à quelques jours d'intervalle, avait assassiné dans des circonstances particulièrement tragiques, la fille "Oudja la Tatouée" et Lily Montagnard, tenancière de rétablissement "Le Tabarin", vient de "payer" sa dette à la société.
Condamné à mort par la Cour d'Assises du Vaucluse, la grâce suprême du Président de la République ne lui avait pas été accordée.
Il a été exécuté ce matin, à l'aube, en Avignon, sous les murs de la prison Sainte-Anne.
Depuis la Révolution Française, aucune exécution capitale n'avait eu lieu dans la vieille cité des Papes.
Cette exécution avait rassemblé pendant toute la nuit, aux abords de la prison, une foule très dense que la pluie diluvienne, qui n'a cessé de tomber, ne découragea pas un seul instant.
Déjà la nuit précédente les mêmes curieux avaient, avec résignation, passé de longues heures d'attente vaine. Ce matin, à 2 heures, lorsque le service d'ordre vint prendre position aux carrefours voisins de la prison, il devait débarrasser les rues de la foule qui les avait envahies. Cette foule, ne cessa, bien entendu, de grossir, tandis que s'avançait l'heure du châtiment.

LE RÉVEIL DU CONDAMNÉ

Les bois de justice étaient édifiés entre 4 heure et 4 heures 30.
À 5 heures, M. Pernot, procureur de la République à Avignon, accompagné de MM. Baugier substitut, Boulle et Giberne juges d'instruction, Mabelly, procureur de la République à Orange, Me Henri Burnat, attaché au Parquet, le docteur Jacquet, pénétraient dans la prison où, une demi-heure plus tard, le gardien-chef M, Baumelle, réveillait Nicolini dans sa cellule.
Sans laisser paraître La moindre émotion, Michel Nicolini s'habillait avec soin et faisait sa toilette.
Très tranquillement, comme s'il allait à un office ordinaire, il se rendit à la chapelle improvisée par le chanoine
Courbon, aumônier de la prison, et il reçut la communion.

LA DERNIÈRE CIGARETTE...
LE DERNIER PARDON...

Conduit ensuite au greffe pour les formalités de la levée d'écrou, Nicolini, après avoir fumé une cigarette, demandait, étant illettré, à son avocat M. Joseph Rolland, du barreau d'Avignon, d'écrire une lettre à sa sœur, à Marseille.
« Je demande pardon, dit-il, à ma famille pour toute la peine que je lui ai faite ».
Lorsque les ciseaux lui eurent largement échancré la chemise, il dit sans forfanterie : « Tiens, j'ai le col "à la Marsiahlo" », entendant par là, que sa chemise était ouverte à la façon de la mode estivale à Marseille.
À 6 heures 19, Nicolini dont les mains venaient alors d'être liées derrière le dos, était amené devant l'échafaud. Toujours impassible, il ne se départit pas un instant de son calme, mais il considéra un instant avec un sentiment visible de curiosité, la sinistre machine.

L'EXPIATION

Puis, crachant la cigarette qu'il tenait entre ses lèvres, il se laissa pousser sur la bascule sans dire un mot.
À 6 heures 20, justice était faite. Les bois de justice, démontés sitôt après l'exécution, ont pris, à 8 h 30, le train pour Draguignan.
Le corps du supplicié a été transporté au cimetière Saint-Véran, avec l'habituelle escorte des gendarmes à cheval, et faute de carré réservé aux suppliciés, il a été inhumé dans la fosse commune.

Henri BÉCRIAUX

Lien permanent 15 commentaires

Commentaires

  • étaient sanguinaires les avignonnais (enfin pas eux seuls)
    c'est en quelle année ?

  • Lamentable.
    À l'époque le terme "fille" était employé pour désigner une prostituée.
    Raison pour laquelle je bondis intérieurement chaque fois que j'entends, ou lis, le mot "filles" pour parler des femmes. Dans le sport notamment, mais pas que, hélas :-(

  • Petite coquille dans la retranscription Michel : on ne peut pas lui lier les mains à 8h15 et lui trancher le col à 6h20.....
    Sordide (le tout).

  • Certes c'est sanglant, mais il y a une certaine hypocrisie à dénoncer ce travers si humain que de se réjouir du malheur des autres.
    L'Homme n'a pas changé, les bouchons sur l'autoroute quand les voitures ralentissent pour essayer de voir l'accident qui s'est produit sur l'autre voie m'en semblent la preuve.
    En tous cas respect pour cet homme qui a su regarder sa mort en face.

  • Respect pour l'assassin de deux femmes ??? (même si c'était des filles...) ???

    Les circonstances du double crime sont relatées dans un ouvrage assez récent, qui traite des meurtres de sang dans notre département.... Me souviens plus du titre...

    Et le Tabarin était un de ces lieux pas vraiment bien famés qui bordaient la défunte place de la Madeleine, à l'entrée de la rue des Grottes.

  • Bien sur un proxénète et un assassin n'a rien de respectable, mais il est mort avec dignité. Ce n'est pas donné à tout le monde.

  • Honnêtement, je porterais ma préférence à quelqu'un qui n'a jamais rien fait de (vrai) mal dans sa vie et qui se chie dessus de trouille devant la mort...

  • Tillia et selon ma grand mère on reconnaissait les filles au fait qu'elles "sortaient en cheveux" ... bon à moins que ce soient des jeunes filles mais là leur air réservé les préservait

  • Michel c'est quoi cette histoire de pétition contre la tête de maure? Je crois rêver, jusqu'où la bêtise ira-t-elle? Flaubert n'arrêterait pas d'ajouter des chapitres à Bouvard et Pécuchet.

  • « Les Maures désignent à l'origine et durant l'Antiquité les populations berbères d'Afrique du Nord, tout particulièrement celles vivant le plus à l'ouest. »
    La tête du drapeau corse représente donc une tête coupée de maghrébin...

  • Bien sur, mais cela veut aussi dire sombre, foncé quand c'est un adjectif, cette manie politiquement correcte nous rend idiots.

  • Oui les filles de "joie" ou de "mauvaise vie" ainsi que les voyous s'affranchissaient des règles sociales, mais les pauvresses, les ouvrières aussi sortaient en cheveux. Il y avait un fort mépris social envers ces femmes, teinté sans doute d'envies plus ou moins libidineuses. Il faut réécouter la complainte des filles de joie de tonton Georges.

Écrire un commentaire

Optionnel