Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou traçat dóu camin de ferre en 1848

Le tracé du chemin de fer en 1848
The route of the railway in 1848

759508977.jpg 1727921772.jpg

Le plan original sur http://archives.avignon.fr

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Passionnant ! merci pour le lien vers la notice des archives.
    Je note (entre autres) que la rue de l'Oratoire n'était pas encore une impasse, les bâtiments de la menuiserie ont donc été construits après 1856.

  • Talabot avait beau être un ingénieur ingénieux (et novateur) il en avait un grain quand même !
    Les vieilles pierres ça n'était pas son truc !
    Et dire que je l'ai longtemps accusé d'avoir fait passé son train à travers les remparts de notre village, pour découvrir par la suite qu'il n'était passé qu'à travers les ruines des Camisards.
    C'était un peu Cavalier quand même ;-D
    Superbe découverte que ce plan resté en plan !

  • Mais... heu... je ne comprends pas bien le pourquoi de cette 2e ligne puisqu'il y en avait déjà une qui faisait le tour d'Avignon par "en bas" (sur la carte).
    En plus la nouvelle aurait été sujette aux inondations ???

  • Le plan est de 1856, mais le commentaire du plan de 1848. Là est le hiatus.

    Je crois me souvenir qu'un des arguments des tenants du tracé de la ligne ferroviaire au nord sur l'emplacement des remparts était de créer une digue pour mettre la ville à l'abri des inondations.

  • Ce plan de la lithographie Clément St Just se fonde sur le relevé très prècis de Fonzes et Rawkowski, édité en 1835. Il sera par la suite mis à jour, j’en possède une version postérieure où l’on distingue clairement les anciens traits « effacés » et surchargés, notamment pour la percée Thiers.

    Ici, la date de 1856 est un peu fallacieuse, précisément parce qu’à cette époque existait déjà la percée Bonaparte, comme mes prédécesseurs l’ont bien noté.

    Néanmoins, il ne peut être antérieur de beaucoup, puisque la voie ferrée réellement construite y est clairement figurée.

    Reste donc la question de fond : même si le fond de plan date en fait de 1854 ou 1855, on ne comprend vraiment pas pourquoi le projet Talabot figure dessus !

    A moins qu’un archiviste facétieux se soit amusé à reporter sur un plan « moderne » le projet de 1848 dont le support tombait peut-être en lambeaux… hypothèse toute gratuite !

    Au-delà de cette énigme, on ne peut pas ignorer une coïncidence troublante : le projet Talabot plaçait sa gare juste en face du quartier des Dominicains, qui faisait précisément l’objet d’une grande spéculation dans les années 1848-1850…

  • Bonjour,
    Michel Benoit a effectivement interrogé la direction des archives sur cette bizarrerie chronologique.
    L'hypothèse d'Alain Breton (merci cher Ami) est la bonne sans pour autant que l'archiviste ait été "facétieux" : au XIXème ces gens-là étaient trop sérieux !
    On a utilisé un fond de plan contemporain pour reporter un tracé antérieur et cela, probablement dans le cadre d'une nouvelle étude et sans doute parce que le plan original (celui signé Bouvier) n'était plus dans les mains de l'administration ou en exemplaire unique ou encore en "lambeaux".
    Pour vérifier cette hypothèse il faut reprendre la chronologie complète de la période et les décisions du conseil municipal.

  • Bonjour Sylvestre et merci pour cette intervention.
    Il est curieux que ce plan ait été édité en 1856, alors que cette année-là vont commencer de grands travaux, en particulier le percement des remparts en face de la gare et l'ouverture du cours Bonaparte.
    Curiosité supplémentaire, ce cours Bonaparte, complètement absent sur le plan de 1856, figure déjà sur le plan d'alignement de 1854 !

Écrire un commentaire

Optionnel