Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Marcho di Rèi

La Marche des Rois
The March of the Kings

♫ "La Marche des rois" par Tino Rossi. ♫

L'auteur des paroles de "La Marche des Rois" est Joseph Domergue, curé doyen d'Aramon de 1691 à 1728, mort à Avignon en 1729.
La chanson a été publiée pour la première fois en 1763 dans un recueil de noëls provençaux de Nicolas Saboly.
La musique est empruntée à "La Marche de Turenne" de Jean-Baptiste Lully.
Elle fut également empruntée par Georges Bizet dans "L'Arlésienne"...


Photo X. D.R. Le Midi Libre.

Lien permanent 9 commentaires

Commentaires

  • Je l'ai, tout d'abord, apprise en provençal, à l'Ecole Publique, à un époque où Noël était un grand moment d'humanité et où les Peillon, Hamon, Mélanchon et autres c.... ne venaient pas emmerder les provençaux. C'est aussi à l'école que l'on apprenait la poésie d'Edmond Rostand:

    Ils perdirent l'Etoile, un soir. Pourquoi perd-on
    L'Etoile ? Pour l'avoir parfois trop regardée...
    Les deux Rois Blancs, étant des savants de Chaldée,
    Tracèrent sur le sol des cercles, au bâton.

    Ils firent des calculs, grattèrent leur menton...
    Mais l'Etoile avait fui comme fuit une idée.
    Et ces hommes, dont l'âme eut soif d'être guidée,
    Pleurèrent en dressant les tentes de coton.

    Mais le pauvre Roi Noir, méprisé des deux autres,
    Se dit : " Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres.
    Il faut donner quand même à boire aux animaux. "

    Et tandis qu'il tenait un seau d'eau par son anse,
    Dans l'humble rond de ciel où buvaient les chameaux,
    Il vit l'Etoile d'or qui dansait en silence.

    Lucien: plusieurs versions sur le net, dont celle-ci en provençal avec les paroles avec les deux graphies (pour faire plaisir à quelque Ensaladés)

    https://www.youtube.com/watch?v=ZDp3KVGnQtA

    Et cette autre en catalan pour un Ensaladé particulier qui, comme les Rois Mages a l'habitude de marcher...

    https://www.youtube.com/watch?v=Du7k_ClAtK8

  • Voici le texte provençal (serait de 1852) :

    « De-matin,
    Ai rescountra lou trin
    De tres grand Rèi qu’anavon en vouiage ;
    De-matin,
    Ai rescountra lou trin
    De tres grand Rèi dessus lou grand camin :
    Ai vis d’abord
    De gardo-corp,
    De gènt arma em’uno troupo de page ;
    Ai vit d’abord
    De gardo-cors,
    Touti daura dessus si justo-corp.

    Li drapèu,
    Qu’èron segur fort bèu,
    I ventoulé servien de badinage ;
    Li camèu
    Qu’èron segur fort bèu,
    Pourtavon de bijou touti nouvèu ;
    E li tambour,
    Pèr faire ounour,
    De tèms en tèms fasien brusi soun tapage ;
    E li tambour,
    Pèr faire ounour,
    Batien la marcho chascun à soun tour.

    Dins un char,
    Daura de touto part,
    Vesias li Rèi moudèste coume d’ange ;
    Dins un char,
    Daura de touto part,
    Vesias bria de riche-z-estendard ;
    Ausias d’auboues,
    De bèlli voues
    Que de moun Dièu publiavon li louange ;
    Ausias d’auboues,
    De bèlli voues
    Que disien d’er d’un amirable choues.

    Esbahi,
    D’entèndre acò d’aqui,
    Me siéu renja pèr vèire l’equipage ;
    Esbahi,
    D’entèndre acò d’aqui,
    De luèn en luèn li-z-ai toujou suivi ;
    L’astre brian
    Qu’èro davan,
    Servié de guido, e menavo li tres mage ;
    L’astre brian
    Qu’èro davan,
    S’arrestè net quand fuguè vers l’enfant.

    Intron pièi
    Per adoura soun Rèi
    A dous ginoun coumençon sa priero ;
    Intron pièi
    Per adoura soun Rèi
    E recounèisse sa divino lèi.
    Gaspard d’abord
    Presènto l’or,
    E di : moun Diéu, sias lou soulé Rèi de glòri ;
    Gaspard d’abord
    Presènto l’or
    E dis pertout que vèn cassa la Mort.

    Per presèn
    Melchior oûfro l’encèn,
    En ié disen : Sias lou Diéu di-z-armado ;
    Per presèn
    Melchior oûfro l’encèn,
    Disen : Sias Rei, et sias Diéu tout ensen,
    La paureta,
    L’umulita
    De voste amour nin soun li provo assurado ;
    La paureta,
    L’umulita
    N’empachon pas vosto Divinita.

    Quant a iéu,
    N’en plour, moun bon Diéu !
    En sangloutant vous presènte la mirrho ;
    Quant a iéu,
    N’en plour, moun bon Diéu !
    De ié sounja siéu pu mort que viéu ;
    Un jour, per nous
    Sus uno croux,
    Coumé mourtau, fenirés nosti misèro ;
    Un jour per nous,
    Sus uno crous
    Devès mouri per lou salut de tous !

    Aujourd’huèi,
    Es adoura di Rèi,
    E bateja di man de Jan-Batisto ;
    Aujourd’huèi,
    Es adoura di Rèi,
    Tout l’univer se soumés a sa lèi.
    Dins un festin,
    Rènd l’aigo en vin :
    Aquèu miracle es segur bèn de requisto ;
    Dins un festin,
    Rènd l’aigo en vin :
    Nous manifèsto soun poudé divin. »

    Pus fort, je ne vous entend pas !

  • Merci pour le provençal, Lou Ravi j'en suis encore à me demander comment cette fête de Noêl a pu devenir un sujet politique, j'ose penser que c'est parce que les socialistes ayant abandonnés toute velléité de changer l'économie ils se refont une virginité en prônant une prétendue laïcité. Avec le gloubi-globa des déplacements doux et de la ville apaisée je crois qu'ils laisseront un souvenir qui fera bien rire, hélas ils faut se les taper maintenant!

Écrire un commentaire

Optionnel