Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Oustau di mounedo vers 1880

L'Hôtel des monnaies vers 1880
The Mint hotel near 1880

1063057211.jpg

Lien permanent 7 commentaires

Commentaires

  • 1880 : Les Griffons et dragons seront détruits quelques années après et remplacés par ceux que l’on connaît, forts différents. J’ai déjà évoqué ce sujet, avec une seule certitude (tirée des «notes Gagnière» de ma femme) : l’orientation de ces bestioles est précise et ne doit rien au hasard. Mais vers où regardent-ils ? J’avais le souvenir des grandes villes de la Gaule. Mon épouse évoque plutôt (sans certitude) les principales villes du Comtat. Aurait-on voulu signifier qu’Avignon avait l’œil (ou « tenait à l’œil ») le Comtat ? Les groupes de fruits de part et d’autre, sur la façade n’évoquent-ils pas la prospérité comtadine ? Mystère car ( et je crois qu’Alain Breton le soulignait récemment), on ne sait finalement pas grand-chose de ce monument. Autre mystère pour moi, où ai-je lu que nos 4 guetteurs avaient été volontairement détruits ? Et cela sans rapport avec le risque que leur usure éventuelle pouvait faire courir aux passants qu’ils surplombaient ? La reconstitution faite après 1900 par Léopold Bulla (celle que l'on voit aujourd'hui) n’est en tous cas pas fidèle.

  • Une façade comme un rideau de théâtre
    rigueur au rez-de-chaussée
    un peu de lourdeur au mitan
    fierté au sommet.

  • Les chutes de fruits sont un motif décoratif récurrent à cette époque - voit notamment le portail de la Chartreuse à Villeneuve. Ce motif est souvent interprété par les artistes locaux en fonction de la végétation indigène, à Avignon comme à Villeneuve on remarque les grenades, toujours "entr'ouvertes" pour en montrer les grains.

    Sont tout aussi récurrents dans la sculpture baroque, les drapés qui ici viennent s'accoster à la grande table centrale.

    En fait, à l'hôtel des Monnaies, la particularité, ce n'est pas l'emploi de ces poncifs, mais l'échelle qui fait que les "guirlandes" sont totalement hors de proportion avec les muffles de lion qui les portent, et même avec les oiseaux posés dessus.

    Veine baroque, veine romaine pour cette composition déconcertante !

  • À noter qu'entre cette photo de 1880 et celle des années 50 (mise en lien) l'inscription "Conservatoire de Musique" a été remplacée par celle que j'ai reproduite et traduite (sous mon pseudo d'alors "Yvelinoise") dans cette page :
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2009/08/02/vendu-tres-milioun.html#comments

    De plus, surmontant l'inscription, les armoiries d'Avignon ont étaient remplacées par celles des Borghèse. Une remise en état ?...

Écrire un commentaire

Optionnel