Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Permés de desmouli

Permis de démolir
Demolition permit

2333108525.jpg

Lien permanent 18 commentaires

Commentaires

  • Look d’échoppe médiévale, mais aussi verrue moderne face à la synagogue…Créée dans les années 80-90 me semble-t-il. Je ne sais plus ce qu’il y avait avant (un cordonnier ?). Pas chic mais pas cher. Et paraît-il pas mal de drapeaux plantés chez les fournisseurs. Déconfiture. Cela fait des mois que c’est fermé. Je me suis toujours demandé comment on avait pu autoriser le gros tuyau de ventilation, dans ce quartier chargé d’histoire, à quelques mètres d’une des portes (ici le soustet) de la carrière (le mot ghetto n’était jamais employé).
    Autre «resto» fermé : La Mangiarelle place Saint Josph (entrée lycée Aubanel). Le mobilier (cassé, abîmé et pas ragoûtant) était déposé en vrac vendredi, à côté du conteneur voisin, près de l’entrée du bahut. Faut pas se gêner puisque cela n’a pas l’air de gêner les voisins…
    A côté de La Dinette on devine la cave à vins La Coupe d’Or. Le site du magasin nous rappelle l’ancienneté de ce commerce. Mais la photo «ancienne», qui a l’air rayée, en noir et blanc, est en fait toute récente. Yaka regarder les bouteilles et pubs. Amusant. Une des plus anciennes enseignes de la ville qui subsiste encore : http://cave-coupe-dor.eklablog.com/

  • La Coupe d'or moi j'ai connu que la Dame qui y est restee de nombreuses annees puis a pris sa retraite
    Quand à s ces boutiques de restauration rapide ,je trouves cela un scandale..
    Je suis d'accord il faut que tout le monde vive mais alors applique les même regles à tous
    Hygiene en premier, salaries et declarations en second
    Nous avons passe notre vie de travail à nettoyer et marcher d'aplomb et quand il arrivait un controleur nous avionstoujours un temps de retard par rapport aux nouvelles normes
    J'ai ete amende de 150E car je vendais du lait de l'eau (evian ou autre) mais je n'etait pas inscrit aux douanes ..
    Paroles de l'agent " vous etes en faute votre amende entre 1500€ ou 150€ que decidez vous "

  • Comment les responsables de la synagogue peuvent ils supporter un tel spectacle...
    Il passe dans cette rue des milliers de touristes.................

  • MB², face à la règlementation ubuesque qui frappe les activités de notre pays (et je sais de quoi je parle !), il y aura toujours des cas comme le votre !

  • Lou Ravi, dans la photo "ancienne" il y a aussi un téléphone à afficheur sur le bureau, accessoire fort moderne... espérons que les vins "vieux" du caviste ne le sont pas devenus par un traitement similaire à celui de la photo !

  • La photo sur le site de la Coupe d'Or est bien contemporaine avec le nouveau mobilier !
    À la fin du XIXe, c'était une boucherie et... la baraque était déjà là !
    http://avignon.midiblogs.com/archive/2008/05/16/cent-ans-apres-la-synagogue.html

  • MB² : en vendant du lait ou de l'eau on devient débitant de boissons…Donc il faut une licence (1ère catégorie) selon nos amis douaniers. Qui sont évidemment beaucoup moins stricts avec les épiciers diurnes et nocturnes…Il y aurait même du trafic de drogue juste en face la caserne des Douanes, à la Rocade. J’ai vu, quand j’y travaillais, ce qui se passait à Marseille. Il est des quartiers où il n’y a jamais de contrôles. Jamais. J’imagine qu’à Avignon c’est pareil. Plus facile de vérifier quelqu’un qui a pignon sur rue au centre-ville, qui est connu et honnête qu’un commerce installé à La Grande d’Orel ou La Barbière. Par exemple les coiffeurs qui sont à Monclar ou à la Croix des Oiseaux ne doivent pas souvent voir leurs diplômes et leurs conditions d’hygiène contrôlés ! Mais chut, il ne faut pas le dire…
    L’échoppe du cordonnier : je vois très bien un gars handicapé (pied bot je crois), avec un tricycle qu’il manoeuvrait grâce à une double manivelle qui servait aussi de volant. La manivelle actionnait une longue chaîne qui faisait se mouvoir les roues. Il avait un chien fidèle (?). Mais il me semble que son échoppe était l’entrée des halles (?).
    Sur l’existence de ces appendices-verrues : pas pire que nos kébabs-frites qui sont toujours, dans notre centre ancien. Sol gras, papiers, bruits nocturnes...Au début de la Carreterie même les bobos qui ont acheté cherchent à revendre. Un vrai un sujet de surprise pour mes amis étrangers à qui je fais visiter la ville. Et que penser de l’état de la rue Jacob (au nord de la synagogue, près du si joli immeuble art-déco), avec ses agglos non enduits et son aspect négligé ?

  • Le petit cordonnier était devant les halles côte Sud il garait sa voiture sans permis à la sortie du parking.
    Je n'ai jamais su son nom, je ne sais s'il est encore de ce monde car pour y donner un âge cela était très dur
    La première commerçante à la "coupe d'or" s'appelait Me Doux
    Sur cette Place Il y avait "les coquettes Ajauras" de Mr et Me Vial; le coiffeur chez Marc (Mr Davin)et le "confort ménager Maurel"la dynastie de famille Faurite
    Le frère de Mr Rey tenait le magasin de télé dans l'arrondi...un peu plus loin "Manufrance "

  • Non ce coiffeur était sous la rosace droite lorsque tu es face à la façade.
    C'était Marc Davin son frère coupait à l'angle de Magnanen et des Lices face au tabac (chez Albert)
    Il avait 20 ans d'avance et avait crée le premier salon de 4 ou 5 fauteuils sur Avignon
    (coupe au rasoir mais surtout shampoing obligatoire ,pas trop de tondeuse et sur RDV )une révolution..

  • C'est histoire de couper les cheveux en quatre...Le métier de coiffeur se perd. Tondeuses en vente à Auchan paraît-il. Et dans les quartiers "salons" en appartement ou arrière boutique, voire arrière bar. Ni normes ni hygiène mais entre 6 et 10 € la coupe. 7j/7j. Notre ancien président de la Chambre de Métiers, coiffeur lui-même, s'en arrachait les cheveux !

Écrire un commentaire

Optionnel