Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Isle 120 (2)

3168441649.jpg

Pica sus la foto pèr avé uno visto largo...
Cliquer sur la photo pour avoir une vue large...
Click on the photo for a larger view...

Commentaires

  • On est TOUS passé devant cette rue un jour où l'autre ! La deuxième maison à droite est du début du XIXème. Je pense que les agrafes métalliques que l'on voit devaient remplacer un boute-roue qui aurait encore réduit, par sa présence, le passage. Une charette étroite passe. Quartier bouleversé au cours des siècles. Démolitions, occupations (dont celle, brève, des autrichiens), transformations, bombardements, reconstructions, etc. Sans compter avec les bouleversements liées à la percée Raspail...Plus loin à gauche, dans la rue principale, il y a cette toiture qui menace de tomber chaque jour sur les passants...Passez au large (à moins que les tuiles du bord aient été enlevées) !

  • Il s'agit de la rue Boussingault. Je ne pense pas qu'elle soit plus étroite qu'avant et crois bien que les charettes pouvaient y passer. On la voit très bien sur le plan de 1840. Elle n'a pas de nom.

    Nous sommes donc ici à un carrefour de la rue Joseph-Vernet, au début de la rue St-Charles. Derrière nous, le vestige du rempart des XIIe et XIIIe siècles.

  • Et la muraille de gauche où s'incrustent les bandes métalliques, c'est la façade aveugle de la chapelle St Charles.

    La rue appelée de nos jours Boussingault existait déjà sous l'ancien régime, elle figure sur un plan du XVIII° consacré à des querelles de "vues" entre les carmélites et leur voisinage.

    Pour mémoire, le séminaire St Charles s'est élevé sur l'emplacement de la propriété de l'architecte La Valfenière, qui était des plus vastes - une bonne partie de l'Isle 120 était dénommée au XVI° le "Jardin Tourreau", lequel Tourreau n'était autre que le beau-père de l'architecte, qui récupéra naturellement le bien par succession ! Mais sa maison proprement dite s'élevait sur l'emplacement de la chapelle, on la voit sur le plan de 1618. Le tout fut vendu aux séminaristes par les descendantes, dans les années 1700.

  • Je passe souvent par la pour aller a la CAF. Je lis toujours votre blog avec plaisir et je découvre plein de choses, comme avec ces iles et le carmel que je ne connais mal. Mais quand meme cette histoire de bunker en plein centre ville, mes cousins qui sont de vrais avignonais n'en n'ont jamais entendu parler. C'est une blague, non ?

  • Corinne D.
    Il y a le 13/9/13 une journée sur St Marthe à la FAC du même nom .
    Chapelle, et surtout souterrain à tout heure de la journée.
    Moi je serai sur les traces AB à l'abbaye de Montmajour.....

  • MB² : C'est quoi cette histoire de souterrain à Ste Marthe ? Le vide sanitaire qu'il y a sous le grand escalier ?

    Et pour Montmajour... veinard !

  • Non ce sont des voutes vers le cloitre au Nord Est qui auraient servi d'abri pendant la guerre
    Des étudiants ont fait une étude et exploration ils ont trouve bouteilles ,matériels et autres
    par contre cette partie et inondable.
    L'an passe la pharmacie extra par contre cette partie ci-dessus n'était pas au point(ils ont du bosse)

  • A B je vous passe le coordonnee de Mr Isnard


    Avignon : le Centre historique

    Regard sur le patrimoine religieux

    De la sauvegarde à la valorisation





    Vendredi 13 septembre 2013

    Université d’Avignon, rue Louis Pasteur

    Site Sainte Marthe - de 13h30 à 18h30



    Pour tous renseignements :

    Patrice ISNARD - Défricheur de patrimoine

    06 89 30 67 70

    patrimoine.cheminsdememoire@orange.fr

  • J'ai déjà reçu 3 fois une invitation pour le 13 septembre, il va y avoir foule... Comme pour le Grenier à Sel, (je suppose car absent), et son expo qui démarre...Mais le 13 je serai à Nîmes pour la féria des vendanges...Olé !
    Ste Marthe abri lors des bombardements ? Why not ? Mais ce lieu n'est pas répertorié comme tel par Bailly qui détaille surtout, dans ce quartier, les tranchées creusées autour des remparts. Les tunnels sont partout...Dans le Piche, Georges Signoret parle je crois de celui qui reliait le Palais au Rhône.
    Pour le bunker il faut attendre l'ouverture des portes du garage...En fait il est plutôt au droit de l'hôtel. Je crois bien que M. Pons avait regretté de ne pas avoir acheté les terrains (et le bunker). Ce qui lui aurait permis d'agrandir le parking de son hôtel.
    Sur le "Monde souterrain" d'Avignon n'y a-t-il pas un diaporama réalisé par Jean-Marc Mignon ? Peut-être axé uniquement sur les sorgues et égouts ? Je ne sais plus...Voir chez Carru...Bon dodo à tous...

Écrire un commentaire

Optionnel