Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avans/après plaço di Tres-Pilat 3

Avant/après place des Trois-Pilats 3
Before/after Trois-Pilats square 3

636364854.jpg
Septembre 2012
2134207635.jpg
Février 2013

Commentaires

  • Je répète ma question "idiote" puisque les coms ne passaient pas ce matin :
    c'est quoi un pilat ?

  • A. Nous pourrions ajouter ici, à propos du mot Pileatus : le Parnès, montagne de l'Attique, par la situation de son chapeau de nuées, est tantôt un signe certain de pluie et de tempête, et tantôt un indice non moins sûr de beau temps. Ces circonstances expliquent pourquoi les anciens avaient élevé sur le Parnès un autel de Jupiter aux présages (HANMOT, ‘Recherches sur la topographie des Dèmes de l'Attique’, p. 106.)
    Nous n'avons pas cru devoir mentionner l'opinion de ceux qui font venir le mot de Pilat de Pilotus, chauve, pelé. (MARTIAL, Épigr. VI, épig. 56. - POMPONIUS FESTUS.édit. Panckoucke, lib. XIV, p. 351. —Alf. , DE TESREBASSE, Revue du Lyonn., 2e série, t. XIII, 1856, p. 273).

    -B. Le mot lat (latum) est d'origine latine. Du mot gaulois pi ou pic les Romains ont fait podium. Ce nom, qui d'abord servait seulement à désigner une sorte d'estrade élevée, sur laquelle prenaient place, au théâtre, les empereurs et autres grands personnages, fut appliqué plus tard à des tertres et à des montagnes. Ainsi, Théodulfe, évêque d'Orléans, a dit :
    Hic scabris podiis cingitw : illa mari.
    Le mot pi ou pic, transformé en podium, et dérivé peut-être du sanscrit pil, a subi dans notre langue de nombreuses modifications. Dans notre Midi il s'est transformé en puch, puech, pouch, peuch ; dans les provinces centrales, en peu, po, pi, pié, pui, puy (Piégut, Puy-de-Dôme), le py ou puy du Pila (PARADIS), etc.
    Les habitants de ces montagnes donnent au nom de Pilat une étymologie si curieuse que je ne puis m'empêcher de la faire connaître.
    Saint Sabin, suivant eux, avait un frère retiré dans une gorge profonde, près de Malleval. Les deux frères, malgré la distance qui les séparait, avaient le secret de se faire entendre.
    Saint Sabin dit un jour à son frère :
    - Tzesse biou ma la vais (malavais, Malleval),
    (Tu es bien mal là-bas.)
    L'autre lui répondit :
    - Tzesse biou pi la (pila, Pila) mou.
    (Tu es bien pis là-haut-.}
    De là l'origine de Pilat.
    trouvé sur:
    http://www.france-secret.com/nom_pilat_1.html


    à retenir cette explication?:

    Romains ont fait podium. Ce nom, qui d'abord servait seulement à désigner une sorte d'estrade élevée, sur laquelle prenaient place, au théâtre, les empereurs et autres grands personnages

  • Grand merci Guima pour cette belle explication !
    Alors pour cette place, elle est sur une hauteur d'Avignon ?
    Ou c'est là qu'on montait le podium pour la fête de la musique au temps des Papes ?
    ;-)

  • Question si peu idiote qu'elle prête à de variables éthymologies...
    Merci Guima !
    Pourrait-on alors rapprocher le pilori du pilat ?
    Un endroit surélevé où l'on est mal... à trois comme au Golgotha !

  • En tous cas, c'est Paul Achard qui propose une origine précise :
    « Il existait, au XIVème siècle, sur l’emplacement des bâtiments du Bureau de Bienfaisance, un hôpital sous le vocable de Saint-Jacques, et que la foule des nécessiteux appela des Trois Piliers, parce que les distributions de secours s’y faisaient sous une vaste toiture triangulaire porté par trois piliers. De là le nom qui est demeuré à cette rue : Trias pilarias, disent les anciens actes. »

  • Michel benoit nous a donné la véritable origine.
    Pas évident à trouver.
    Merci

  • Et voici les trois références citées par Paul Pansier :

    « 1348. Item deu mais Dousalina (de Sazo) que li prestiei (ieu Johan Teisseire) à v jorns del mes d'octembre per far adobar tot lo cubert de la sala et de la cambra que z'es sobre la cariera de l'ostal dals tres pilars : II Ib., III s. (Arch. de Vaucl., série E., 158, n°XXXII, livre de comptes de Dousseline de Sade). »

    (De Saze = de Sade ?) Et en vieux provençal dans le texte !

    « 1433. Hospicium in par. S. Symphoriani, in carriera vulgariter dicta ad Tria Pilaria prope portale antiquum Infirmeriarum (G. chap. métr. 85, f°32). »

    On est effectivement au bout de la rue des Infirmières... (En latin cette fois.)

    « 1487, 16 juin. Despense pour refaire le pont de la Durensole prez de la carrière des Troys Pilliers (A. de la ville, CC, mandat 214). »

    (Et en vieux français.)

    :D)

  • Magnifique Hôtel. Notre amie Paumée va être satisfaite.

    Une curieuse forme pour une place : si je comprend bien, il sera difficile d'y jouer aux quatre coins.

  • La nouvelle ordonnance des pavés fait place nette
    l'ignoble boitier électrique jure d'autant plus !

  • On peut regretter les teintes de la calade mais pas les "tubes de métal "anti bagnoles!

  • Merci pour l'explication et le travail de recherche (ça sent le passionné ;-))
    Des fois au fil du temps les "r" se transforment en "t", une mauvaise retranscription, une mauvaise interprétation, une mauvaise lecture, et hop la place change de nom ;-)

  • Les teintes de la calade, Chri, sont quand même tributaires de la couleur de la lumière.
    Qui est bien différente entre les deux époques.
    Encore chaude en septembre, beaucoup plus froide en février.

  • Jeandler, la place n'est pas triangulaire du tout, on pourrait y jouer aux 4 coins. En revanche trois rues y mènent... et surtout l'origine du nom a été très bien donnée par Michel.

Écrire un commentaire

Optionnel