Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Castèu de Courtino : li destré

Château de Courtine : les pressoirs
Courtine chateau : the wine presses

773113459.jpg

Lien permanent 15 commentaires

Commentaires

  • Super intéressant !
    mais je ne visualise pas très bien le parcours des grappes depuis les charrettes.
    Où est l'arrivée des godets que l'on voit sur la photo de l'extérieur ?

  • La lettre m'intrigue aussi. Il doit y en avoir une autre à droite.
    J’ai rarement vu d’aussi grands pressoirs. Hydrauliques probablement. L’électricité est là, il me semble que l'on voit des lampes d’éclairage. Le pressurage paraît avoir été mené presque jusqu’au sec complet du marc, signe que l’on récupère le moins bon du vin de presse ("bèure de vin de destré" = faire quelque chose que l'on n'aime pas, à contre-coeur). Ou que l’on a peut-être fait de la piquette, mais j’en doute cette pratique étant surtout familiale. Vu les quantités de marc la distillation va être un plaisir et l’alcool va couler à flot !
    Comme le souligne Tilia on n’a pas résolu le problème du devenir immédiat de cette vendange remontée je ne sais où car le moindre fouloir ne peut tenir en haut, à l’arrivée des godets, dans aussi peu de place.
    Pour revenir à Châteaubriand je me demande bien ce qui l’a amené à rencontrer la propriétaire des lieux en 1802. Mme De Janson était-elle une fan de ses oeuvres ? Ou s’est-il payé quelque partie de campagne en allant en Courtine ?

  • la 2ème lettre un "G"...?,
    Fernand Gagon ou François ou Fredéric...?,
    sinon Forbin et Janson...? heureuse de savoir que Chateaubriand parle de B. Du Guesclin...,
    j'estive à Chateauneuf De Randon...
    les godets peuvent descendre...?

  • Si c'est un G c'est probablement Gagon. La cave n'existait pas au temps des De Janson. Les Gagon ayant acheté en 1916 on peut dater cette série de photos des années 20. Ce qui correspond à la période du grand développement des caves (années 25-30 ?) et à la modernité des installations. Du Guesclin aurait mieux fait de boire du vin plutôt que de l'eau: il aurait gardé vie et santé !

  • @ Lou Ravi,
    sur une ancienne pub peinte sur l'auberge, au pont Rodier sur la commune de Chateauneuf de Randon, ( on peut lire encore un peu...):" une journée sans vin est une journée sans soleil",( une leçon venue du passé...?),maybe!!!.
    à droite du "F", une martellière...,à gauche du raisin...qui vole...?, égrappage( dans les godets) puis fouloir...?ou l'inverse...? , peut-être du feuillage...? et un coté du bâtiment ouvert... , 1920 l'électricité en Courtine?.

  • @ Michel...,
    merci pou le "G"...,alors "Félix"?,
    bravo pour ce travail de"mémoire"...,
    vous avez pu rentrer facilement dans le château de courtine?,
    les fils: "Gagon", sont-t-ils encore en "vie"...?,
    une foule de questions...?, je suis une grande curieuse..., finalement!.

  • L'accès extérieur aux bâtiments est possible.
    S'il y a pas mal de carreaux cassés aux fenêtres, mais les ouvertures semblent bien closes.
    Je pense qu'il n'est pas possible de pénétrer les lieux sans effraction.
    C'est pourquoi je recherche actuellement le nom du propriétaire...
    Est-ce encore la SNCF ou Réseau Ferré de France ? Cela a-t-il été revendu ?
    Où en est le projet de base de loisirs ? Oui, Patricia, que de questions... :)

  • Impressionnantes ces cuves. Mais je ne m'attarde pas, j'ai un peu l'impression de déranger au milieu de ce débat entre connaisseurs.

Écrire un commentaire

Optionnel