Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aqui èro l'oustau de Stuart-Mill

Ici était la maison de Stuart-Mill
Here was Stuart-Mill's house

3807918194.jpg4092614397.jpg

Lien permanent 20 commentaires

Commentaires

  • bonjour Michel, ah c'est magnifique cette juxtaposition.on peut sentir la tension entre le privé et le publique et ca me mène a réfléchir que cette tension existe dans une variété de circonstances-toujours.
    belle journée magique
    merci

  • Acheté en 1858 à un certain Mouzin (parenté avec le Félibre ?) le cottage Monloisir fut rasé en 1962. Nous déjà évoqué le choix de Mill (la vue sur la tome d’Harrriet), le testament et les platanes, l’absence de lieu de mémoire dans la résidence. Je ne sais si l’on a rappelé qu’il n’était pas qu’un de nos plus grands philosophes, mais qu’il fut un botaniste reconnu (herbier de 12 000 plantes déposé à Requien) et qu’il aida financièrement son ami Jean-Henri Fabre avec qui il partageait, outre la passion de la botanique, le combat pour la condition féminine. Fabre donna le nom de Stuartella à un groupe de champignons.

    A quand un Café-Philo chez Françoise sur la pensée et l’œuvre de Mill ?

  • Je connais, comme beaucoup, cette belle rangée de platanes au milieu des immeubles, mais je n'avais jamais pu imaginer comment c'était "avant". Ca fiche un coup tout de même !

  • Le platane du premier plan de la photo du bas devait être dans le dos du photographe de la photo du haut.
    Il ne m'était pas possible en se plaçant devant ce platane, d'obtenir une photo lisible et comparable.

  • Mon commentaire resté en attente, alors qu'un plus récent a été publié :

    « Le platane du premier plan de la photo du bas devait être dans le dos du photographe de la photo du haut.
    Il ne m'était pas possible en se plaçant devant ce platane, d'obtenir une photo lisible et comparable. »

  • Même ressenti que lireaujardin, devant ces deux images. Ici, derrière et à droite, ce sont les barres d'immeubles qui ont poussé comme des champignons!

  • Vincent Guillin, professeur de philosophie à Montréal (Canada), me fait parvenir la photo d'une coupure de journal représentant l'allée de Monloisir :
    http://avignon.midiblogs.com/images/IMG_3296_.jpg

    M. Guillin http://www.er.uqam.ca/nobel/philuqam/dept/page_perso.php?id=146 "travaille actuellement à un projet de recherche universitaire sur la réception de l’œuvre de Mill en France, mais qui fera aussi une place à des aspects plus biographiques, en particulier ses périodes de résidence à Avignon". Ce travail fera l'objet d'une publication sous la forme d'un site web.

  • Je suis vraiment épatée par vos photos et vos commentaire. toujours une anecdote intéressante. Vous me permettez de connaitre l'ancien Avignon et il y a eu pas mal de désastre immobilier !

  • J'ai obtenu ma doctorat sur le sujet de 'The Feminism and Political Radicalism of Helen Taylor in Victorian Britain and Ireland ' Helen etait la belle fille de John Stuart Mill et habitait avec lui a Avignon. Maintenant je veux etudier leur vie en Avignon. Je cherche les archives surtout les journaux qui je peux etudier de ces jours la et leur vie avant de voyager a Avignon. Aussi je veux savior pourquoi la maison de Mill etait detuit?

    Merci pour aucun information.

  • Bonjour docteur Janet et bienvenue ici.
    La réponse à votre dernière question est ici sur ces deux photos.
    La maison de Stuart Mill a été détruite pour construire une résidence.
    (Il y a un autre bâtiment dans le fond.)
    L'allée de platanes seule subsiste.
    Quant à étudier des journaux de l'époque, il faut peut-être se rapprocher des différentes structures d'archives (nationales, départementales et municipales).
    Voici la liste des documents présents aux archives municipales d'Avignon concernant John Stuart Mill :
    http://recherche.archives.avignon.fr/4DCGI/WEB_IndexLanceRech_Personnes_1953/ILUMP6818
    Mais, hormis des photos de sa tombe, on y trouve que "Correspondance concernant les manuscrits de John Stuart Mill (21 mars 1931)." Ce qui est bien peu !
    Voici la liste des documents numérisés "Presse et édition" où apparaît John Stuart Mill à la Bibliothèque Nationale de France :
    http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&lang=FR&q=%22John+Stuart+Mill%22&x=0&y=0&p=1&f_sdewey=07
    Bon courage donc pour vos investigations !

  • Cela fait plaisir de voir que Stuart Mill suscite toujours un grand intérêt. Sa maison a été rasée pour faire place à une résidence de luxe (à l'époque, aujourd'hui elle est isolée dans un vilain environnement). Mais elle avait déjà été quasiment détruite par un incendie quelques temps avant. Les platanes sont toujours là. Ce sont les plus hauts de la ville pour respecter la volonté de JSM.

  • Merci a tous pour les rensignements. C'est dommage que la maison etait detruite. J'ai l'intention de rendre viste a Avignon pour voir le tombe du grand penseur et Harriet. Mill a ecrit dans son autobiographie que ses oeuvres etaient le travail de trois intellects; lui-meme, sa femme et Helen. Helen etait une activiste sociale et femme politique en Angleterre mais habitait en Avignon quand son travail permettait justqu'a 1904 ou 1905. Elle a vendu la maison, est rentree en Angleterre etelle est decedee en 1907 a Torquay.

  • La maison de Stuart Mill, vue aérienne de 1947. L’allée de platanes est réellement impressionnante !

    http://imageshack.com/a/img673/4619/aknfkM.jpg

    (orientation normale, le Nord est en haut).

    Sur une vue aérienne, la hauteur des objets se retrouve grâce à l’ombre portée, il suffit de comparer l’ombre de la villa (2 niveaux) et celle de la ligne de platanes…

    Un peu avant, sur le cliché IGN précédent, un autre grand disparu du quartier, le moulin de la Folie…

  • Prés et jardins...ou la campagne à deux pas des remparts. A ce que l'on m'a dit, on allait à la maison de Stuart Mill, depuis la route de Morières, par le chemin de l'Anglaise puis on obliquait vers l'Est. Avant l'incendie la maison était habitée par une veuve avec de nombreux enfants (?). C'était un coin un peu mystérieux. Le moulin de la Folie sera une des premières épiceries en libre service (?) dans les années 70-80. Scandale (un de plus)que de ne pas avoir conservé ce qu'il en restait, notamment un jeu de vannes.

  • Quelques précisions nouvellement recueillie sur l’incendie de la maison de Stuart-Mill. Elle appartenait à la famille Noblet (M. Noblet était, je crois, expert en assurances. Mme Jacques Noblet, née en 1918, est récemment décédée). En février 1956 un feu de cheminée se propagea et nécessita, en fin d’après-midi, l’intervention des pompiers qui réussirent à éteindre l’incendie. Malheureusement il y eut un nouveau départ de feu dans les combles quelques heures plus tard. Les pompiers revinrent mais ne purent rien faire : l’eau gelait dans les tuyaux ! C’était au cours de ce terrible hiver qui vit donc cette jolie demeure partir en grande partie en fumée…

  • Bonjour,
    Je cherche l'origine du mot Folie. j'avais entendu dire qu'il s'agissait d'une maison de campagne que les riches se faisaient construire. Est-ce que la maison de Stuart Mill était une "folie" ? Savez vous si le nom de l'avenue vient du seul Moulin ?
    Pour Stuart Mill, je n'ai pas bien compris si sa femme est morte à Avignon (je croyais que c'était pour cette raison qu'il y finira sa vie, inconsolable...

Écrire un commentaire

Optionnel