Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Preparadis

Préparatifs
Preparations

2537562469.jpg4056022571.jpg

Lien permanent 17 commentaires

Commentaires

  • Chouettes photos. Elle s'en va enfin la bête à bobos et parigots. Bon débarras, que nous retrouvions enfin notre place !

  • Alors si on aimait cette sculpture, on est bobo et parigot? Les deux? Ca sent bon la france!

  • Belles photos toujours. Moi je l'aimais bien cet éléphant à l'envers, je l'ai vu vendredi sans savoir que c'était la dernière fois. Mais ceci dit, hors de question que la ville l'achète, il y a d'autres besoins, des projets sociaux qui seraient plus nécessaires en ce moment.

  • cela veut dire qu'il va partir ??? Personnellement je la regretterai beaucoup cette bestiole, sans doute suis-je un peu bobo, à défaut d'être Parigote :-)

  • Brigetoun : peut-être bien départ, à moins que l'on ne change l'estrade de bois pour une esplanade de pierre ? Mais j'en doute.

    Tilia : bien sûr ! Quoique certains pensent "postparadis" !

    Pascal : alors, tu vas donc te réjouir. Un lieu se vide, un autre va s'ouvrir, non ?

    Tistet : déjà que tu n'aimais pas les mules...

    Chri : l'Elephandet, lui, sent plutôt... l'Espagne.

    Lireaujardin : je suis entièrement d'accord avec vous.

    Fardoise : personnellement, je me verrais bien en parigot-bobo !

  • J'adore que préparatifs se dise préparadis dans la langue du soleil.
    Sans aucun doute ça sent le paradis retrouvé pour certains.
    Il faut que j'aille voir ça !

    Je ne rentrerai pas dans la classification bobo-parigot.
    On dit comment quand on n'est ni parisienne ni née-native d'ici?

  • Et au fait j'ai oublié de te dire - j'adore ta dernière photo.
    Les dessous affriolants de l'éléfandret façon french cancan, j'adore !

  • Pré-paradis ? : je propose "citoyenne du monde".

    C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages
    Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
    Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
    Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est être habités
    Et c'est être habités par des gens qui regardent
    Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
    La race des chauvins, des porteurs de cocardes
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
    Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
    Qui vous montrent leurs tours leurs musées leur mairie
    Vous font voir du pays natal jusqu'à loucher
    Qu'ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
    Ou du diable vauvert ou de Zanzibar
    Ou même de Montcuq il s'en flattent mazette
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Le sable dans lequel douillettes leurs autruches
    Enfouissent la tête on trouve pas plus fin
    Quand à l'air qu'ils emploient pour gonfler leurs baudruches
    Leurs bulles de savon c'est du souffle divin
    Et petit à petit les voilà qui se montent
    Le cou jusqu'à penser que le crottin fait par
    Les chevaux même en bois rend jaloux tout le monde
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    C'est pas un lieu commun celui de leur connaissance
    Ils plaignent de tout coeur les malchanceux
    Les petits maladroits qui n'eurent pas la présence
    La présence d'esprit de voir le jour chez eux
    Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
    Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
    Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Mon Dieu qu'il ferait bon sur la terre des hommes
    Si l'on n'y rencontrait cette race incongrue
    Cette race importune et qui partout foisonne
    La race des gens du terroir des gens du cru
    Que la vie serait belle en toutes circonstances
    Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards
    Preuve peut-être bien de votre inexistence
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
    Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

    Georges Brassens

  • et voilà que Michel a effacé le peu que j'avais en crâne ...
    ah si : comme Fardoise je me vois bien en parigotte bobo (les deux ne vont esnemble, je signale) d'autant qu'en fait le suis toujours un bon peu

  • Elle est terrible cette chanson de Brassens.
    On pourrait à juste titre lui reprocher un jugement à l'emporte-pièce...
    Surtout dans le dernier couplet !

  • Oui je confirme - j'y suis passée ce matin, il n'est plus là.
    Ca fait tout drôle...

    Depression post partum

Écrire un commentaire

Optionnel