Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cènt-vint an après carriero di Fourbissèire

Cent vingt ans après rue des Fourbisseurs
One hundred and twenty years after at Fourbisseurs st.

453498851.jpg

Commentaires

  • Comment se fait-il que sur ta photo on ne voit plus l'encorbellement de l'hôtel (ou maison) de Rascas ?

    Avant la construction de l'immeuble "Aux élégants" on avait une belle perspective sur le clocher de St Pierre ...

  • Brigitte => J'ai peut-être mal évalué la date de la photo : elle pourrait être un petit peu plus récente...

    Tilia => Le photographe avait un objectif d'un plus grand angle que le mien ; il était beaucoup plus avancé dans la rue. C'est pour cela que l'on voit l'encorbellement. D'ailleurs, du coup, l'axe de prise de vue n'est pas le même sur les deux photos.

  • Et si tu t'étais plus avancé, la photo aurait était moins intéressante, je pense.

  • Le flou de gauche laisse imaginer une jolie robe blanche et même un grand chapeau...

  • Par contre on devine les baraques au pied de St Pierre. C'est impressionnant, on ne croirait pas du tout que c'est pris au même endroit.

  • L'immeuble qui cache l'église a été construit en 1896.
    Sur l'ancienne photo, les maisons visibles au bout de la rue semblent être proches de la destruction.
    Je dirai donc que la photo a été prise vers 1890.

  • Impressionnante transformation - heureusement que tu donnes qqs détails, je ne reconnais rien. Joli flou de personnages au premier plan, atypique pour cette époque, non ? On faisait poser les personnages...

  • On continue donc de fourbir en cette rue.
    De deux caniveaux, on passe à un seul, au mitan
    comme au Moyen-Age.
    Pour qui le haut du pavé ?

  • Nathalie => Les personnages dans la rue sont souvent flous au siècle dernier à cause des temps de pose. Ils sont même parfois si flous, qu'on a l'impression que la rue est vide !

    Jeandler => Plus de haut du pavé, plus de fourbisseurs (armuriers). Mais le commerce moderne et son étalement de vitrines..

Écrire un commentaire

Optionnel