Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Instant d'éternité

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • L'INTERNATIONALE
    Paroles : Eugène Potier 1871
    Musique : Pierre Degeyter 1888

    Debout les damnés de la terre
    Debout les forçats de la faim
    La raison tonne en son cratère
    C'est l'éruption de la fin.
    Du passé faisons table rase
    Foule, esclaves, debout, debout
    La monde va changer de base
    Nous ne sommes rien, soyons tout !

    Refrain :
    C'est la lutte finale
    Groupons nous, et demain
    L'Internationale
    Sera le genre humain.

    Il n'est pas de sauveurs suprêmes
    Ni Dieu, ni César, ni tribun
    Producteurs, sauvons nous nous-mêmes
    Décrétons le salut commun.
    Pour que le voleur rende gorge
    Pour tirer l'esprit du cachot
    Soufflons nous-même notre forge
    Battons le fer quand il est chaud.

    {au Refrain}

    L'état comprime et la loi triche
    L'impôt saigne le malheureux
    Nul devoir ne s'impose au riche
    Le droit du pauvre est un mot creux.
    C'est assez, languir en tutelle
    L'égalité veut d'autres lois
    Pas de droits sans devoirs dit-elle
    Égaux, pas de devoirs sans droits !

    {au Refrain}

    Hideux dans leur apothéose,
    Les rois de la mine et du rail
    Ont-ils jamais fait autre chose
    Que dévaliser le travail ?
    Dans les coffres-forts de la bande
    Ce qu'il a crée s'est fondu
    En décrétant qu'on le lui rende
    Le peuple ne veut que son dû.

    {au Refrain}

    Les rois nous soûlaient de fumées
    Paix entre nous, guerre aux tyrans
    Appliquons la grève aux armées
    Crosse en l'air et rompons les rangs.
    S'ils s'obstinent ces cannibales
    À faire de nous des héros
    Ils sauront bientôt que nos balles
    Sont pour nos propres généraux.

    {au Refrain}

    Ouvriers, paysans, nous sommes
    Le grand parti des travailleurs
    La terre n'appartient qu'aux hommes
    L'oisif ira loger ailleurs.
    Combien, de nos chairs se repaissent
    Mais si les corbeaux, les vautours
    Un de ces matins disparaissent
    Le soleil brillera toujours.

    {au Refrain}

  • ...merci pour tes commentaires... c'est vrai que je visite ton site et ne mets pas de commentaire... je suis impardonnable, d'autant que j'aime voir les photos que tu y places. et, ce jour j'aurai le texte de l'internationale, en plus... bravo à tous ! jepida

Écrire un commentaire

Optionnel