Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou Claus di Tram adès e vuei

Le Clos des Trams naguère et aujourd'hui
The Clos des Trams before and now
Der Clos des Trams früher und heute

3108242165.jpg
Photo X. DR.

1294019739.jpg

Commentaires

  • La rénovation me fait penser à celle de la Caserne des Passagers. Quoique, la caserne était tout de même moins abimée.

  • Le "avant" n'est pas très ancien, c'était sinon le début des travaux, à tout le moins l'époque des projets, avec une voirie largement ratissée et déjà toute la gangue des constructions adventices élaguée.

    Quant à la caserne des passagers, plus exactement l'Aumône Générale, elle était tout de même dans un état de délabrement avancé... un bâtiment non dépourvu de noblesse, remontant principalement à la deuxième moitié du XVIIème siècle, et que l'époque de Pourquery de Boisserin n'avait guère épargné : démolition de la "galère" longeant la rue des Lices, de la chapelle séparant la cour en deux, et surtout l'aile Ouest coupée par le milieu pour élargir la rue Pétramale. Sans oublier la construction des deux pavillons latéraux surchargés qui, dans cette architecture toute d'austérité, arrivent comme un cheveu sur la soupe !

  • l"aumône générale EST un bâtiment à la noble architecture- la première photo j'ai cru que c'était après la guerre

  • Alors que le batiment était encore comme sur la 1ere photo je me souviens y avoir été pour assister a un concert de laurent garnier au début des années 2000 de mémoire. Le batiment donnait un coté originale comme déco pour ce concert (qui se déroulait a l'extérieur du batiment). Bon souvenir!

  • En fait de Clos des Trams, le bâtiment dont il est ici question n'était "que" une usine électrique, le clos des trams stricto sensu se trouvait un peu plus loin, droit dans l'axe de l'actuel boulevard Paul Marieton. L'atelier de garage et de réparation des trams de la Belle Epoque a été remplacé par la construction ici visible :

    https://www.google.com/maps/@43.9521718,4.8245782,3a,73.2y,223.18h,90.81t/data=!3m6!1e1!3m4!1sHaUUZB6vFMc5l-yuWikKkQ!2e0!7i13312!8i6656

    ... dont j'ignore totalement ce qui peut bien s'y tramer (sans mauvais jeu de mots). de nos jours...

    A noter d'ailleurs que l'actuel boulevard Paul Marieton a été créé de toutes pièces lors de la suppression du service des trams, auparavant cette voie rectiligne était uniquement occupée par des rails menant à l'atelier, et reliés par une large courbe au réseau - ce qui explique la dimension très inaccoutumée, dans notre ville très étriquée, du vaste carrefour entre la route de Lyon et le Bd Marieton.

    En ce qui concerne la datation de cette évolution, un très rapide survol des clichés aériens (encore une fois sans jeu de mots...) montre qu'en 1990, l'usine électrique était encore encombrée de nombreuses constructions adventices, et l'atelier encore debout. En 2000, l'usine électrique n'a pas changé mais l'atelier a déjà disparu. Et en 2009, l'usine électrique est nettement élaguée, et totalement isolée sur la parcelle.

    Le cliché ne peut donc dater que des premières années de ce siècle, confirmant la légende de Michel : "naguère"..

Écrire un commentaire

Optionnel