Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Li façado que se clinon à rèire

Les façades qui se penchent en arrière
Facades that lean out back

1650490501.jpg

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Il y en a aussi une assez spectaculaire à l'entrée de la rue des Lices....

  • Il y en a plusieurs en ville, à l'inclinaison plus ou moins prononcée. Elles doivent être essentiellement dans les rues qui correspondent au tracé des anciens remparts. Lices, Philonarde, j'en ai vu aussi rue Campane. Je connais celle de la rue des Lices, Alain. Elle fera peut-être l'objet d'une publication, si tant est que la photo, comme ici, puisse mettre en évidence son décalage.
    Si je ne me trompe, c'est toi, Tilia, qui m'a proposé cette publication.
    Mais surtout je me pose la question de savoir si certaines façades inclinées ne l'étaient pas d'origine...

  • Effectivement, Michel, je l'avais repérée dans la globoule :-)
    Et en retournant ce soir sur Street-View j'ai remarqué, au 79 rue Philonarde, une chose assez rare en façade : des ouvertures vides, sans vitrage ni châssis, au premier et deuxième étages (et peut-être aussi au 3e) :

    https://goo.gl/maps/Yj4WAP8f2BD2

    Un escalier ainsi ouvert à tous vents ?...

  • il y en a pas mal... me souviens de mon agacement il y a plusieurs années en entendant un cousin que je promenais pour lui faire admirer la ville et qui ne voyais qu'elles !

  • Il y a effectivement plusieurs de ces étranges façades dans la ville, et, pour tout dire, je ne pense pas qu'elles aient fait l'objet d'une étude particulière. Pour ma part, elles m'interpellent de longue date et je regrette vraiment de n'avoir jamais eu l'occasion d'examiner de près les détails internes (niveau des planchers, sous-face des linteaux...) qui seraient assez éclairants quant à la question "d'origine, ou pas...".

    Reste que, pour une façade d'immeuble, construire un mur hors du plomb s'appelle une malfaçon....

    Je me demande si Michel n'a pas dévoilé la solution en rappelant le tracé de l'enceinte du XIIIème siècle... tracé qui est aussi celui d'un réseau aquatique souterrain - les anciennes douves - qui pourrait rendre "meuble" le sol sur lequel reposent les fondations de ces maisons. Ce qui expliquerait leur affaissement dissymétrique, la partie arrière s'étant tassée nettement plus que celle sur rue.

    L'affaire reste à creuser (sans mauvais jeu de mots...) , mais Guima a raison : l'intérieur des murs doit pouvoir dire des choses.

    Pour mémoire, la façade penchée à l'entrée de la rue des Lices, qui doit dater si l'on en croit le décor du dernier quart du XVIIème s., est très proche d'une autre qui s'est affaissée dans les années 1970 et a donné naissance à la placette (avec fontaine à boule) au coin des rues des Trois Faucons et du Chat.

  • Si les planchers sont perpendiculaires aux façades, ce ne doit pas être facile à meubler!

  • Alain Breton merci, voila le premier témoignage sur la disparation de la rôtisserie! Parfois je me demandais si je ne l'inventais pas, dans mon souvenir on parlait d'une Sorgue, ou d'un canal.

Écrire un commentaire

Optionnel