Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lis aigo de janvier 1955

Les eaux de janvier 1955
Waters of january 1955

730206004.jpg
▲ Rue du Limas.
942111216.jpg
▲ Rue Georges Taulier.
3876952415.jpg
▲ Ounte sian ? (La responso en quauco part dins este blog...)
264905220.jpg
▲ Place des Corps-Saints.
3112786742.jpg
▲ Place Crillon
3201989073.jpg
▲ La Croisière.
3438002030.jpg
▲ St-Lazare.
1745544374.jpg
▲ St-Roch.

J'arrive dans un peu moins de deux mois. )°

Lien permanent 24 commentaires

Commentaires

  • Belle brochette de photos ! Je connaissais la vidéo de l'INA (L'Oulle, quai St Lazare, Clos St Jean, Barthelasse, Bonnaventure etc.) mais je découvre ces très intéressantes photos de la crue de 1955. Impressionnantes. Ce qui laisse imaginer ce que furent les inondations de 1935 et 1951. Car la côte maximale atteinte le 21 décembre 1955 fut 6,49 m contre 7,32 en novembre 1935 (avec une conjonction crue de la Durance), 7,21 en novembre 1951. On aura encore 6,78 en décembre 1957 et 6,87 en octobre 1960. Les modifications apportées au cours du Rhône, les travaux d'aménagement du réseau de Sorgues, et des canaux avec en particulier la grosse station de pompage de Saint Lazare expliquent peut-être que les inondations de 1993 (6,40 m) et 1994 (6,70) aient été moins marquantes.

  • J'oubliais la station de pompage de Champfleury (20 000 litres / seconde) pour laquelle on réalisa (1956 ?) une ligne électrique spéciale depuis le poste d'alimentation de Saint-Véran.

  • Merci pour le lien, j'étais sur ma péniche en 93,94, et 2003, Avignon n'a a heureusement pas été touché, je me rappelle comment en traversant le Rhône je passais d'une ville qui vaquait à ses occupations ordinaires à une situation potentiellement dangereuse.

  • Heureusement que à cette époque nous avions encore le 7eme.génie pour nous porter secours avec ses barques et ses GMC.
    dans la photo non identifiée il me semble reconnaître Monclar ?

  • Les dernières inondations que j'ai connu c'était en 1960 causées par la Durance, à cause d'une vanne restée ouverte au niveau de la Croix Rouge. Les route de Marseille et route de Tarascon transformées en torrent.
    Tout le revêtement de la route de Marseille arraché, et on pouvait revoir les vieux pavés.

  • "J'arrive dans un peu moins de deux mois" : ne serait-ce pas un abandon de poste caractérisé ?
    C'est une honte, appelez-moi le directeur !!

  • Seul souvenir bien net de 1955 : mon père m'emmenant à l'école assise sur le porte-bagage, à l'avant de son vélo.
    J'ai un léger doute sur la passerelle en planches tout au long de l'impasse de l'Oratoire et jusque dans le couloir du n° 5, dont le niveau de l'entrée était en contre bas de la place... Souvenir réel, ou reconstruit ? je ne saurais dire.

  • Philou, je pense que vous avez raison. Je vais corriger ma légende.
    Quant à la définition, ces images sont les seules dont je dispose...

  • C'est bien la rue du Limas, au tout début proche la place Crillon.

    Par contre, le "Ounte sian" reste non résolu, ce qui n'est pas dans les habitudes de ce blog...

  • C'est certainement quelque part le long des boulevards 1ère-DB, Sixte-Isnard, Jacques-Monod, Jules-Ferry ou le long des avenues Trillade, Sources ou Arrousaire...
    Une aiguille... :D)

  • J'étais arrivé à la même conclusion quant aux lieux "possibles" de prise de vue. Mais cet échantillon de voies reste bien vaste...

    Ce qui m'intrigue est le gros immeuble situé au fond, avec sa muraille totalement aveugle... Je me disais que cela pourrait correspondre à une façade Nord, mais dans ce cas le chien assis de la villa devant serait tourné face au Mistral, ce qui n'est guère raisonnable (quoi pas impossible). L'inclinaison du platane au 1er plan pourrait aller dans le sens d'un Nord à gauche... tout comme la remontée spectaculaire du conduit de cheminée métallique sur la grosse construction. Laquelle "me dit quelque chose", mais rien de précis pour l'instant...

    Bref, comme disent les médias, "les recherches continuent"... Je crois que je vais faire appel aux sempiternelles photos aériennes !

  • Ces photos ne paraissent pas avoir été prises à la sauvette. Il pourrait même y avoir une certaine recherche (place Crillon, rue du Limas etc). Je dis cela alors que n'y entends pas grand chose, les spécialistes me corrigeront, si nécessaire En banlieue pourquoi La Croisière ? Peut-être parce que c'était un des quartiers qui baignaient largement et en premier. Et l'autre (Ounte sian ?) je pense moi aussi à Monclar qui avait, de même, vite et bien, les pieds dans l'eau. Cherchons donc à Monclar en sachant qu'une partie des immeubles a été démolie. Justement cette grande bâtisse (démolie) me fait penser à quelque chose, et je me retrouve avenue Monclar en face l'école, près de l'ancienne usine des eaux. Sans conviction, faudrait aller sur place.

  • Bingo !!!! J'avais la même intuition, Lou, car il me semble que nous avons déjà évoqué ce grand immeuble à la toiture à 4 pentes... a moins que ce ne soit une hypothèse de travail pour un autre "ounte siàn", hypothèse entretemps abandonnée.

    Bref, la grande construction a été effectivement rasée dans les années 1960, mais la villa de gauche, celle avec le chien assis mal tourné, existe encore, clôture incluse, au 33 avenue Monclar. Villa Mireille, si j'ai bien lu sur Gogol Maps, et longée également par l'impasse Magali...

    Confirmé par les photos aériennes de 1956, i.e. à une date très proche des scènes ici illustrées !

  • Je n'avais pas eu le temps d'aller gogoliser et, comme nous le signale AB, nous sommes bien au 33 avenue Monclar. Mais alors, Alain, si c'est la villa Mireille, c'est celle d'un de nos plus connus et plus prolifiques auteurs et chercheurs avignonnais dans le domaine agricole ! On pourrait se faire un "Quau sias ?" Je ne dis que le prénom, Édouard...

Écrire un commentaire

Optionnel