Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Castèu de Courtino : li vendemiage 2

Château de Courtine : les vendanges 2
Courtine chateau : the harvest 2

1743270347.jpg

Lien permanent 10 commentaires

Commentaires

  • Plusieurs dizaines d'hectares...Le château de Courtine(s) devait avoir une organisation quasi "militaire" à voir ces charettes-bennes identiques, numérotées, avec un servant à chacune. On imagine un cépage roi: l'aramon qui, plus que le carignan, faisait "pisser" la vigne. Comportes lourdement chargées (costaud le type qui l'a sur la tête !). On dirait même, hérésie, que les raisins y sont tassés ! Vin médiocre assuré...Pas étonnant qu'il ait fallu importer d'Algérie, au grand dam des viticulteurs du Languedoc, pour améliorer la qualité. Sur le premier cheval on voit bien le collier à trois pointes "pique-sort". J'étais hier aux Paluds pour la Carreto (et la superbe finale du Trophée de la St Roch, avec deux blessés tout de même) où l'on pouvait voir ces grands colliers sur les chevaux qui la tiraient. C'était plein à craquer, avec de nombreux avignonnais...

  • Un vin médiocre, ce qui expliquerait la disparition des vignes. C'était aussi une époque où l'on consommait bien plus de vin ordinaire. Les modes de consommation ont bien changé, moins mais meilleur.

  • Je viens de sérendipiter sur le Grand Internet ce poème tout à fait approprié :

    Trois jours de vendanges

    Je l’ai rencontrée un jour de vendange,
    La jupe troussée et le pied mignon ;
    Point de guimpe jaune et point de chignon :
    L’air d’une bacchante et les yeux d’un ange.

    Suspendue au bras d’un doux compagnon,
    Je l’ai rencontrée aux champs d’Avignon,
    Un jour de vendange.

    Je l’ai rencontrée un jour de vendange.
    La plaine était morne et le ciel brûlant ;
    Elle marchait seule et d’un pas tremblant,
    Son regard brillait d’une flamme étrange.

    Je frisonne encore en me rappelant
    Comme je te vis, cher fantôme blanc,
    Un jour de vendange.

    Je l’ai rencontrée un jour de vendange,
    Et j’en rêve encore presque tous les jours.
    Le cercueil était couvert en velours,
    Le drap noir avait une double frange.

    Les sœurs d’Avignon pleuraient tout autour…
    La vigne avait trop de raisins ; l’amour
    A fait la vendange.

    Alphonse DAUDET
    Recueil : "Les Amoureuses"

Écrire un commentaire

Optionnel