Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cartoucho 4

Cartouche 4
Cartouch 4

3526000221.jpgRempart St-Dominique

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Une ébauche ou bien non terminé.

    Sont-ils placés trop haut pour que personne n'ait eu l'idée d'y jouer du pochoir ?

  • C'est ta dernière cartouche...
    ou bien il en reste d'autres dans ta cartouchière ?

  • C'est triste ces cartouches vides, je trouve. Ca donne envie de lancer un appel à projets :)

  • Texte de ce cartouche à cadre carré sans fioritures :

    AUSPICIIS
    ILLUSTRISSIMI ET EXCELL D. FRANCISCI
    ABBATIS NICCOLINI PROLEGATI
    AVENIONENSIS
    AREAM HANC
    EXUDANTE NUPER RHODANO UNDEQUAQ.
    DEHISCENTEM ADVERSUS NOVOSUNDARUM
    IMPETUS
    MUNIRI ET DE NOVO COMPLANARI AERE PUBLICO
    CURARUNT CONSULES AVEN.
    ANNO SALUTIS M DC LXXX

    Voilà voilà...

  • Merci M. Breton, mais d'où tenez-vous cette information ?

    Et... une petite traduction peut-être ? Plusieurs mots m'échappent complètement...

  • J'ai eu sous les yeux le dessin autographe de l'architecte qui a fait réaliser ce cadre, il y a 330 ans... (Pierre II Mignard, pour ne pas le nommer).

    Quant à l'inscription, elle dit qu'en 1680, sous les auspices du Vice-Légat François Niccolini, abbé, et par les soins des Consuls de la ville d'Avignon, le rempart et l'esplanade au devant, qui avaient été endommagés par les crues du Rhône, ont été depuis peu réparés.

    Je ne sais pas assez de latin pour entrer dans les subtilités de ce texte, qui en comporte probablement beaucoup - Niccolini avait été le fondateur, en 1681, de l'"Académie des Emulateurs", ancêtre de l'Académie de Vaucluse, et Pierre II Mignard, qu'il combla d'honneurs, en était probablement membre...

    Pour mémoire, Niccolini fut un "grand" administrateur, et il fit beaucoup pour l'édilité avignonnaise -en tout cas beaucoup plus que ses devanciers et successeurs - . C'est sous son administration que Mignard forma le projet d'une voie qui aurait uni la Place de l'Horloge à la porte Saint Michel, une sorte de préfiguration de la Rue de la République. Et aussi une autre qui aurait permis de descendre directement de la place du Palais vers le Rhône, une idée qui a resurgi dans les années 1950 mais n'a jamais vu le jour...

    C'est aussi lui qui fit tracer le "Cours" qui s'étendait de la porte Limbert à celle de Saint-Lazare. Un petit monument commémorant le fait, dessiné également par Mignard, s'élevait face au débouché de la route de Montfavet ( la "Croix du Vice-Légat", citée par Robert Bailly). Curieusement, cette construction avait traversé sans grand mal la Révolution et l'ami Michel Bourgue m'a transmis il y a quelque temps une carte postale où il figure encore - je dois l'avoir sous la main, si vous voulez la publier...

Écrire un commentaire

Optionnel