Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinquanto an après 37 carriero Sant-Agricò

Cinquante ans après 37 rue St-Agricol
Fifty years after St-Agricol st. 37

2698885188.jpg2190972609.jpg

Commentaires

  • Beaucoup de choses à dire sur ces deux photos de mon quartier.
    Ce qui saute aux yeux d'abord. Sur la photo du passé, le déballage de la droguerie sur le trottoir, je n'en ai aucun souvenir, ce devait être occasionnel. Cette droguerie, je l'ai toujours connue voisine de la boucherie, telles que ces deux commerces se présentent sur la photo des archives municipales :
    http://recherche.archives.avignon.fr/4DCGI/Web_VoirLaNotice/34_01/57Fi95/ILUMP4237

    D'après la notice des archives, cette photo serait de la même période que celle publiée ici. Mais pour moi, vu les tenues vestimentaires, celle des archives se situe plutôt dans les années cinquante (pour l'anecdote, il y a de grandes chances pour que la 4CV qui s'apprête à pénétrer dans l'impasse de l'Oratoire soit celle de mon père).

    Concernant la photo de la période actuelle, il suffit d'aller faire un tour dans Google Maps, pour voir que l'enseigne a changé depuis que la ggogle car est passée. Ce n'est pourtant pas si vieux...
    On s'aperçoit aussi que la porte d'entrée qui donnait accès aux appartements situés au-dessus de la droguerie a totalement disparu. Envolé le n° 37 ! Faut-il en déduire que les locaux au-dessus du magasin ne servent plus d'habitation ?

  • Sympa la photo de la rue St-Agricol avec la 4 cv...
    Les archives la datent exactement de 1965.
    Mais je suis d'accord pour dire qu'elle est antérieure.
    On peut y voir la boucherie Jouval dont j'ai très bien connu le fils Jean-Claude.
    Quant à l'occupation des étages, je n'en sais rien.
    Souvent le premier est utilisé comme réserves.

  • Changement radical ! On reconnait bien les ustensiles en plastique, on est donc bien vers les années 60.

  • Une droguerie, c'était un peu une petite Samaritaine. On y trouvait de tout. Et maintenant, les unes comme l'aitre ne courent palus les rues.

  • ...les unes comme l'autre, ne courent plus les rues.

    (désolé pour l'accumulation de fautes de frappe)

  • Cette photo figure dans "Les boutiques d'Avignon" de Jean Mazet . Avec une photo plus récente, légende:
    "Joseph Michel, droguiste route de Tarascon, transfère après la Première Guerre son commerce au 37 rue St Agricol, local jusqu'alors occupé par la veuve May antiquaire. Pascal Poulet, après l'acquisition du magasin en 1956, change la dénomination et met la devanture au goût du jour"

    La boutique devient alors la Droguerie Saint-Agricol. J'ai connu, il était plus âgé que moi, un des fils Poulet (Jean-Pierre ?) qui était au lycée Mistral.

    Photo témoignage d'une vie commerçante proche des habitants, multiple, variée, utile...Aujourd'hui nous avons le choix entre Auchan et Auchan...
    .

  • Chaque matin
    muni d'une longue perche avec crochet
    pour installer la vitrine à tous vents
    et chaque soir d'un geste inverse
    l'assistant du dit droguiste oeuvrait ...

  • Lou Ravi =>
    Mais alors, notre photo, est-elle encore du temps de Joseph Michel ou bien du temps de Pascal Poulet, après 1956 et avant la restructuration de la façade et le changement d'enseigne ?
    Il y a encore des drogueries en centre-ville : rue Thiers et rue Bonneterie.

    Jeandler =>
    Bien vu le "San...Dro..." ! pour "Sant-Agricò Drougarié" étant donné que la droguerie J. Michel s'est appelée quelques temps plus tard Droguerie Saint-Agricol... !
    Je le vois bien, moi, le droguiste en blouse grise, avec sa longue perche munie d'un crochet... !

  • Je n'ai fait que retranscrire la légende de J. Mazet. Elle sous-entend que Poulet a changé l'enseigne après 1956. Or si les objets les objets exposés paraissent plus proches de 1965 que de 1956, Pascal Poulet (auteur de la photo du bouquin de J. Mazet) aurait ainsi attendu une dizaine d'années avant de supprimer le nom de Michel...
    Autre hypothèse: celle de Tillia. En ce cas il y aurait une erreur aux archives et ce serait 1955 plutôt que 1965 pour la date de la photo...

    Je suis client de la droguerie de la Bonneterie (seul endroit où je trouve certains produits de traitement du métal) mais elle n'a pas le choix qu'offraient bien des autres dont l'offre répartie dans la ville, se complétait.

  • Il y a méprise sur la photo datée 1965 : il s'agit de celle que Tilia a mis en lien dans son commentaire et non de celle que je publie ici et dont j'ignore totalement la date de prise de vue.
    D'ailleurs, je publierai demain cette photo proposée par Tilia dans un "Soixante ans après..." car je pense, comme Tilia, qu'elle est plus ancienne que les années soixante.
    Ma droguerie de jeunesse s'appelait Nadal... un autre monde...

Écrire un commentaire

Optionnel