Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lou Claus di Tram vèndu à Bouygues

Le Clos des Trams vendu à Bouygues
The Clos des Trams sold to Bouygues

114780838.jpg

Commentaires

  • de quoi nous plaignons nous ? c'est le bâtiment qui va marcher ! reste à espérer que Bouygues n'est pas trop requin avec ses sous-traitants

  • J'ai raté quelques épisodes...

    Mal au coeur de voir le drapeau de Bouygues flotter sur les Trams. C'est tout un pan de ma jeunesse qui s'en va. Celle du va-et-vient des camions d'EDF, des bistrots du quartier grouillants de tenues bleues, des ouvriers aussi de chez Rapetti le bobineur électrique. Tout cela dans la bonne odeur de la torréfaction sise au début du Clos des Trams, derrière le bar (aujourd'hui turc) qui fait face à la station ESSO.
    Merci à Yv' pour cette page signée Vignal. Occasion de rappeler le travail intéressant (mais très incomplet sur des enjeux majeurs) d'Avignon Demain qui se saborda en 2007 ou 2008 ?

    Enfin, pour les amateurs d'art : sur le bandeau de la façade que l'on voit (au-dessus de la grande ouverture noire) subsiste me semble-t-il une oeuvre de l'inénarrable Niele Toroni, notre roi du minimalisme et du pinceau de 50 mm dont les oeuvres (il y en a une à Lambert) valent une fortune. Michel, toi qui a un téléob' tu pourrais nous en faire une photo un jour ?

  • Même pas des logements sociaux... adieu à la friche... Toute une vie populaire si bien évoquée par Lou Ravi que l'on brade. Merci à la reine des liens pour celui-ci.

  • Yvelinoise : « Que ferais-je sans toi qui vins à ma rencontre... »

    Ce blog sans tes liens ne serait pas ce qu'il est. Merci.

  • Merci à toi Michel pour ton hospitalité.

    Et merci à Lou Ravi, talentueux historien du passé ouvrier d'Avignon, pour son évocation si réaliste que l'on s'y croirait encore.

  • Mais quel dommage que cela ne se passe pas en Corse ! Une fois les immeubles achevés un petit feu d'artifice aurait été le bienvenu !!! Non, non, je ne suis pas nationaliste, mais je trouve que cette méthode est quelque fois bien amusante, histoire de dire "non vous n'allez pas vous foutre de notre gueule tout le temps et avoir le dernier mot avec votre pouvoir pourri !" D'ailleurs qui a vendu ? ça appartenait à qui ? Qui a bien voulu signer ? Qui se moque à ce point du patrimoine ouvrier ? Qui ça emmerde ces traces là ?

  • Euh, pardon, j'ai été un tantinet grossière, mais une Corse Espagnole qui s'énerve ne parle pas la langage des salons du 17ème !!!

  • Je suis morte de rire, le commentaire de Michel venant juste derrière le mien par croisements, est comique du coup ! Donc, merci Michel de mentionner que mon langage est un joli document !

  • Yvelinoise est la reine des trouvailles. C'est bien la station Esso actuelle. Je n'imaginais pas que le projet fut aussi ancien. On reconnait le mur du cimetière derrière. Dans les années 70-75 il y avait encore 7 stations depuis les remparts (fac actuelle) à la Croix Verte. Cela faisait vivre une trentaine de personnes. La station ESSO fut une des premières automatisées. Je m'y sert parfois maudissant les types qui fréquentent le bar en face et qui garent leurs, 4X4, BMW ou Mercédès n'importe où en gênant la sortie. Les côtés de ce qui se nommait encore RN7 étaient bordés de platanes et de sorgues où nageaient des sangsues, les vieux du quartier (s'il en reste !) doivent s'en souvenir.
    De l'habitat social ? pourquoi pas. Mais Avignon a déjà beaucoup donné avec 30 % de son parc contre souvent près de zéro dans certaines communes de la COGA.

    Suis surpris que l'évocation de Niele Toroni ne fasse pas plus réagir (il est connu dans le monde entier) . Je guettais la démolition pour aller récupérer des morceaux mais apparemment ils conservent.

Écrire un commentaire

Optionnel